Un acheteur sérieux pour le Centre des congrès

Le groupe Sterling Hotels Canada en est à... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Le groupe Sterling Hotels Canada en est à l'étape des vérifications diligentes après avoir présenté une offre d'achat à InnVest Reit, qui est propriétaire depuis 2006 du plus important complexe hôtelier sherbrookois.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Comme ce fut le cas cette semaine à Trois-Rivières, une transaction est dans l'air à Sherbrooke pour la vente du centre des congrès et de son hôtel de 180 chambres qui sont opérés par la chaîne Delta.

Le groupe Sterling Hotels Canada en est à l'étape des vérifications diligentes après avoir présenté une offre d'achat à InnVest Reit, qui est propriétaire depuis 2006 du plus important complexe hôtelier sherbrookois.

Les discussions impliquent deux entreprises basées dans la région de Toronto, possédant toutes deux des places d'affaires au Québec. Sterling Hotels Canada est notamment propriétaire de l'hôtel Quality  Inn Hôtel et Suites, situé à l'intersection de la rue King Ouest et du boulevard Bertrand-Fabi à Sherbrooke. Le Comfort Suites du centre-ville de Montréal de même que le Days Inn à Trois-Rivières appartiennent aussi à cette comagnie.

Ni l'une ni l'autre des parties n'a donné suite à nos appels. Le directeur de l'hôtel Delta de Sherbrooke, Marc-André Mouton, n'a pas voulu non plus émettre de commentaires. Différentes sources ont toutefois confirmé l'information.

D'autres entreprises du secteur hôtelier auraient visité les installations sherbrookoises et manifesté un certain intérêt. La proposition de Sterling Hotels Canada est à l'étude.

Il est de notoriété publique qu'InnVest Reit cherche à se départir du Centre des congrès de Sherbrooke comme c'était le cas pour celui de Trois-Rivières, qui vient d'ailleurs d'être acquis par un groupe de quatre jeunes entrepreneurs locaux. Cette transaction a été particulièrement bien accueillie cette semaine en Mauricie puisque les nouveaux propriétaires ont du coup annoncé leur intention d'injecter 7 M$ pour moderniser le complexe trifluvien.

Un dénouement semblable serait bienvenu chez nous puisque les installations du Centre des congrès de Sherbrooke sont vieillissantes - la construction remonte à la fin des années '80 - et ont besoin d'une cure de rajeunissement.

Si une transaction est conclue, les autorités sherbrookoises s'empresseront sûrement d'offrir leur soutien pour que de tels projets aillent de l'avant puisqu'une étude de marché réalisée en 2013 par la firme Raymond Chabot Grant Thornton, à la demande de la défunte Chambre de commerce de Fleurimont, avait conclu que ce complexe hôtelier « n'était pas au niveau souhaitable ». L'arrivée de nouveaux propriétaires prêts à le revamper serait donc une grâce.

Vente ou pas, l'entente de gestion,qui expire à la fin de l'année devrait être reconduite. La chaîne Delta, qui est maintenant sous le giron de Marriott, demeurerait l'opérateur désigné. Il en restera ainsi à Trois-Rivières sous la gouverne des nouveaux propriétaires.

La Ville de Sherbrooke a participé durant 15 ans au financement du Centre de congrès par une contribution annelle de 300 000 $. Elle a recouvré le tiers de son investissement en 2010, au moment où elle a renoncé à en devenir propriétaire. Cette option aurait pu  être exercée à compter de 2019.

L'enjeu de la négociation porte sur des actifs que la Ville taxe cette année à hauteur de 202 862 $ sur une valeur estimée à 9,5 M$. Celle-ci a toutefois été abaissée à 7,9 M$ dans le nouveau rôle qui servira de base fiscale au cours des trois prochaines années.

Le Centre de congrès ainsi que l'hôtel ont été détachés il y a quelques années de l'ensemble de Place des congrès. La compagnie sherbrookoise Immex avait alors déboursé 20 M$ pour acquérir l'édifice de bureaux ainsi que les locaux commerciaux adjacents.

Poids lourd de l'immobilier à Sherbrooke, Immex ne songe pas à se lancer dans le secteur hôtelier.

« Nous préférons rester dans notre créneau », m'a répondu son président Jean-François Morin.

Le propriétaire de l'hôtel Grand Times de Sherbrooke, Jean Audet, ainsi que Georges Marois, président des Hôtels Villégia (Manoir des Sables et Chéribourg) ont tous deux affirmé ne pas avoir considéré cette option non plus.

La piste la plus prometteuse pour le moment serait donc celle de Sterling Hotels Canada.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer