La Couronne contestera la requête de la policière Landry

La policière Caroline Landry a été citée à... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La policière Caroline Landry a été citée à son procès en septembre dernier pour avoir omis de s'arrêter lors d'un accident le 1er mai 2014 sur la rue King Ouest.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Une requête en rejet a été déposée dans le dossier de la policière Caroline Landry du Service de police de Sherbrooke.

La femme de 38 ans a été citée à son procès en septembre dernier pour avoir omis de s'arrêter lors d'un accident le 1er mai 2014 sur la rue King Ouest.

Caroline Landry a déposé à la mi-novembre une requête en arrêt des procédures.

Elle considère qu'elle a été traitée injustement par le fait qu'elle est policière.

Dans la requête en arrêt des procédures déposée en Cour du Québec, son avocat Me Alexandre Tardif explique que la policière n'était pas dans l'exercice de ses fonctions et « rien ne justifie qu'elle ait un traitement discriminatoire devant la Loi en raison de son occupation professionnelle ».

La procureure aux poursuites criminelles Me Annie-Claude Chassé a déposé la requête en rejet en milieu de semaine.

L'audition de la requête en arrêt des procédures devrait être fixée le 2 février 2016 au palais de justice de Sherbrooke.

Selon la trame factuelle, l'accusée serait entrée en collision avec un véhicule stationné, lui causant des dommages matériels. Elle aurait par la suite quitté les lieux. Les événements seraient survenus en pleine nuit devant le commerce Serrurerie Multi-Clés, situé au

1374 de la rue King Ouest.

C'est la direction des normes professionnelles de la Sûreté du Québec qui a mené cette enquête à la suite de cet événement.

Une peine de 30 jours pour possession de stupéfiants en prison

Les tribunaux ne lésinent pas en matière de possession de stupéfiants entre les murs des prisons. Denis Hachey a été condamné à 30 jours de prison à purger de façon consécutive à toute peine qui pourrait lui être imposée après avoir avoué la possession de stupéfiants au Centre de détention de Sherbrooke. L'individu avait été intercepté en octobre 2014 en possession de 0,4 gramme de cannabis et une pilule. Hachey possède de nombreux antécédents judiciaires. « C'est une peine extrêmement clémente dans votre cas », a précisé le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec. Hachey ne sortira pas de prison à l'expiration de sa peine. Il est en attente de procès pour une affaire de vol qualifié en utilisant une arme modifiée. Son procès pourrait être fixé au prochain rôle des assises criminelles de la Cour supérieure le 4 mars 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer