Le temps doux embête les stations de ski

La station Mont Orford avait prévu accueillir ses... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La station Mont Orford avait prévu accueillir ses premiers clients samedi, mais elle a reporté le coup d'envoi de sa saison 2015-2016 au 19 décembre. «Comme les skieurs, on trouve la situation décevante, dit le directeur général, Luc Chapdelaine. On a aussi hâte que tout le monde.»

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Les stations de ski de la région n'ont pas la vie facile actuellement. Peu de neige est tombée au sol dans les Cantons-de-l'Est jusqu'à présent cet automne. Qui plus est, les centres de ski ont du mal à fabriquer de la neige en raison des températures relativement chaudes enregistrées depuis quelques semaines.

Ski Bromont est la seule station ouverte dans les Cantons-de-l'Est à l'heure actuelle. Particulièrement performants, ses équipements de fabrication de neige lui donnent vraisemblablement une longueur d'avance sur ses concurrentes. Elle utilise par surcroît un additif qui lui permet d'enneiger ses pistes même lorsque le mercure se trouve tout juste sous le point de congélation.

« Ça fait une semaine qu'on accueille les skieurs, indique le grand patron de Ski Bromont, Charles Desourdy. Trois de nos pistes principales sont accessibles en ce moment. Les skieurs ont droit à des conditions de printemps à cause des températures plutôt chaudes pour la saison. »

Bien que Ski Bromont soit dans une position plus confortable que ses concurrentes en région, M. Desourdy se déclare inquiet. « Il n'y a pas vraiment de froid à l'horizon pour les prochaines semaines. On regarde constamment la météo, ces jours-ci, pour voir si les prévisions se maintiennent et ce qu'on voit n'est pas très encourageant », confie-t-il.

À la station Owl's Head, plusieurs gros amoncellements de neige ont été créés grâce aux canons que possède la montagne. On attend une période plus froide pour étendre cet or blanc et redémarrer les canons.

« On annonçait du temps doux alors on a gardé les tas de neige qu'on avait faits, explique Luc Saint-Jacques, directeur des ventes et du marketing à Owl's Head. On ne voulait pas aplanir tout ça et que ça fonde rapidement ensuite. »

Confiance à Orford

Contrairement à Charles Desourdy, M. Saint-Jacques se montre confiant que les conditions climatiques redeviendront favorables à la fabrication de neige à court terme. « On aura probablement un gros changement au chapitre de la température lundi. Ça nous aidera », lance-t-il.

Si tout fonctionne tel que prévu, Owl's Head ouvrira ses pistes le 19 décembre prochain. « Avec du temps froid, on serait capable de compléter l'enneigement des premières pistes en trois ou quatre jours et de démarrer nos activités. »

La station Mont Orford avait pour sa part prévu accueillir ses premiers clients samedi, mais elle a reporté le coup d'envoi de sa saison 2015-2016 au 19 décembre. « Comme les skieurs, on trouve la situation décevante, reconnaît son directeur général, Luc Chapdelaine. On a aussi hâte que tout le monde. »

M. Chapdelaine admet par ailleurs que la saison risque de commencer au ralenti au Mont Orford cette année. « Je vois mal comment on pourrait être à 100 pour cent aux Fêtes. Mais c'est certain qu'une bonne fenêtre de froid changerait tout », remarque-t-il, ajoutant que l'affluence s'accroît habituellement de façon tangible le 26 décembre dans les centres de ski.

Au mont Bellevue, on a également utilisé les canons à neige pour enneiger les pistes. Le directeur des opérations de la montagne, Robert Blais, espère une ouverture à court terme sans toutefois se montrer plus précis.

« On ne sait pas trop ce qu'on aura à offrir aux fêtes, avoue M. Blais. Par contre, on a encore deux semaines devant nous avant Noël, donc il ne faut pas lancer la serviette. On aurait besoin de 30 à 40 heures à moins cinq degrés Celcius pour avancer vraiment notre préparation des pistes. »

Des retombées de 150 M$ par année

À combien peut-on chiffrer les retombées de l'industrie du ski dans la région des Cantons-de-l'Est? La question paraît embêtante à première vue. Le professeur Michel Archambault a néanmoins une réponse: 150 millions $ par année.

Selon M. Archambault, un spécialiste en tourisme rattaché à l'Université du Québec à Montréal, les retombées de l'industrie du ski dans l'ensemble du Québec atteignent 800 M $ annuellement.La même industrie fournit du travail à 40 000 personnes.

Parmi les régions du Québec, les Cantons-de-l'Est arriveraient au second rang en ce qui concerne la pratique du ski. On retrouve cinq stations de ski dans cette région, dont le Mont Orford, Owl's Head et Bellevue.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer