Le Carnaval de Sherbrooke en route pour son 50e

L'organisation du Carnaval de Sherbrooke a dévoilé mardi... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

L'organisation du Carnaval de Sherbrooke a dévoilé mardi sa nouvelle signature. Sur la photo on reconnaît Mélanie Chartré, secrétaire du c.a., Sophie, mascotte de La Guerre des tuques 3D, Claudine Roussel, coordonnatrice, Philippe Cadieux, président du c.a, Sylvie L. Bergeron, présidente du c.a., Janeth Puga, responsable des communautés culturelles, Richard Caron, responsable des bénévoles, et Lucie Blanchet, responsable du carnaval scolaire.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) Peu de carnavals au Québec peuvent se vanter d'avoir 50 ans. C'est le cas à Sherbrooke et pour souligner l'événement, l'édition 2016 aura une nouvelle image, de nouveaux aménagements et une nouvelle soirée-bénéfice mettant à l'honneur des restaurateurs et des producteurs d'ici.

Les organisateurs ont levé le voile sur une partie de la programmation, mardi, pour mousser la prévente de laissez-passer, qui se glisseraient si bien dans les bas de Noël, suggèrent-ils.

Ainsi, la grande fête hivernale ramènera son Village nocturne, sa glissade sur tubes dans la côte King, ses traîneaux à chiens et ses jeux gonflables.

Le parc Jacques-Cartier verra également pousser des forts tout droit sortis de La Guerre des tuques 3D, ce remake du classique Conte pour tous de Rock Demers, si bien que des batailles de boules de neige sont annoncées en même temps que les mascottes du film...

Le Carnaval innove par ailleurs avec une soirée-bénéfice qui se tiendra le 18 février. La Soirée Glacia, dont les billets sont en vente au coût de 75 $, vise à maintenir à 3 $ le tarif pour les enfants qui veulent vivre le carnaval scolaire du vendredi, précise la nouvelle présidente du Carnaval, Sylvie L. Bergeron.

Du côté du Village nocturne du samedi soir, on veut plus d'animation et plus de spectacles, annonce le vice-président Philippe Cadieux. « On va concentrer nos efforts autour des rues King et Wellington et autour de la glissade sur tubes. Le Village nocturne est jeune, il a à peine cinq ans, mais on veut envoyer le message qu'il est là pour rester et qu'il est un élément fort du Carnaval. »

L'événement a revu sa signature graphique, à la faveur d'un concours dans les écoles remporté par des élèves du Mont Notre-Dame. « C'était important pour nous de garder le côté vintage du Carnaval, mais d'arriver en 2016 », ajoute M. Cadieux.

Bénévole de la première heure dans l'organisation carnavalesque, Richard Caron promet une fête « qui va rejoindre les gens qui vivent dans notre Sherbrooke par son prix abordable et qui a les particularités qu'il faut pour attirer des visiteurs ».

Pour la petite histoire, rappelons que le Carnaval de Sherbrooke est né en 1966, dans le Fleurimont de l'époque. Il a déménagé ses pénates au parc Victoria en 2007 et a poursuivi sa migration vers le parc Jacques-Cartier en 2009. Il se déploie désormais dans le parc Jacques-Cartier, au Marché de la Gare et au centre-ville de Sherbrooke. Il attire entre 40 000 et 50 000 personnes.

La 50e édition aura lieu du 26 au 28 février.

L'accès aux sites est gratuit mais certaines activités sont payantes. On peut se procurer des laissez-passer en ligne à carnavaldesherbrooke.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer