Un premier bas de Noël canadien

Hattic Carter, Akanbi Victor et leurs enfants Emanuel,... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Hattic Carter, Akanbi Victor et leurs enfants Emanuel, Grace et Jonas sont arrivés à Sherbrooke le 23 novembre. Ils vivront un premier Noël québécois après des années à ne plus célébrer la fête en Côte d'Ivoire.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Faille
La Tribune

(Sherbrooke) Qu'elle soit célébrée au Canada ou au Rwanda, la fête de Noël a toujours comme objectif de rassembler les gens. Ce sont les manières de célébrer qui changent.

Le Service d'aide aux Néo-Canadiens (SANC) organisait samedi sa fête de Noël pour les nouveaux arrivants à l'école internationale du Phare à Sherbrooke. Des Néo-Sherbrookois de partout dans le monde, mais particulièrement d'Afghanistan, de Syrie et de plusieurs pays africains, ont eu un avant-goût des traditions québécoises du temps des fêtes.

« Ils ne fêtent pas tous de la même façon ou même au même moment de l'année Noël », souligne Mercedes Orellana, directrice générale du SANC. Des prestations musicales et dansantes folkloriques ont exposé tous les nouveaux arrivants aux traditions d'ici, mais comme le souligne Claude Nseugiyoumva, originaire du Rwanda, Noël n'est pas si différent d'un pays à l'autre.

« Au Rwanda, c'est une fête où tous les chrétiens, nous nous regroupons dans les églises et à la fin de l'année, nous fêtons dans notre village natal avec la famille et les amis. Ce sont de grandes fêtes avec des festins », raconte-t-il.

Lui qui est au pays depuis le mois de juillet compte prier la journée de la veille de Noël pour passer du temps avec sa tante et ses cousines qui résident tout près, à Granby, le lendemain. Il compte également profiter du temps des fêtes pour s'habituer à voir le sol blanchi par les flocons.

« Hier, j'ai vu ma première neige, lance-t-il, souriant. Ce n'est pas un choc parce que j'aime ça. J'aime Sherbrooke, j'aime le Canada. La neige c'est facile pour moi, je vais bien m'adapter! »

Renouer avec Noël

D'autres devront s'habituer encore plus rapidement aux conditions québécoises. C'est le cas d'Akanbi Victor et de Hattic Carter qui sont arrivés le 23 novembre dernier à Sherbrooke en compagnie de leurs trois enfants. Lui est originaire du Nigéria et elle du Libéria, ils ont aussi vécus en Côte d'Ivoire avant d'immigrer à Sherbrooke où ils vivront, dans les prochains jours, un premier Noël canadien.

« Au Libéria, les gens respectent beaucoup les traditions de Noël, mais en Côte d'Ivoire, ce n'est pas comme ça. Les gens fêtent le jour de l'an, mais pas Noël », évoque Mme Carter, qui explique que Noël est là-bas aussi synonyme de grands rassemblements, de prières et d'amour.

« On est dans la joie, c'est une grosse différence par rapport à l'endroit qu'on a quitté. On retrouve Noël en quelque sorte », mentionne pour sa part Akanbi Victor.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer