Sudation mortelle:la Couronne ne croit pas Gabrielle Fréchette

La procureure de la Couronne ne croit pas... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La procureure de la Couronne ne croit pas que Gabrielle Fréchette et ses acolytes ont réellement mis une croix sur leurs ateliers de croissance personnelle.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) La procureure de la Couronne Me Magali Bernier ne croit pas que Gabrielle Fréchette et ses acolytes ont réellement mis une croix sur leurs ateliers de croissance personnelle. Rapport présentenciel et psychiatrique à l'appui, elle prétend qu'ils mentent afin d'éviter la prison.

«Vu son âge, ses antécédents, le fait que ces activités constituent son principal revenu et son entourage qui a toujours les mêmes croyances, il semble difficile de croire qu'elle veut effectivement apporter des changements dans sa vie. Il faut aussi dire que même après la mort de Chantal Lavigne, elle a continué à se faire passer pour un médium du nom de Lester», a-t-elle expliqué en conclusion des représentations visant à établir la sentence du trio d'accusés dans le dossier de la hutte de sudation mortelle de Durham-Sud.

La criminaliste s'est également dite surprise de constater que Fréchette a eu une subite prise de conscience au cours des derniers mois, lorsqu'elle a été confrontée aux questions de l'agent de probation et de la psychiatre Martine Bérubé de l'Université de Sherbrooke.

«La mort de Chantal Lavigne, son arrestation et le procès n'y ont rien fait, mais les questions des spécialistes ont tout changé? Je crois qu'on doit mettre un important bémol sur ces affirmations. Le témoignage de Mme Fréchette n'est pas crédible», estime Me Bernier. Il faut dire que le changement de comportement présumé est survenu au moment où elle a changé d'avocat. Elle a effectivement délaissé Me Denis Lavigne à la faveur de Me Richard Dubé en août.

Un «scénario de suicide»

Force est d'admettre que le rapport présentenciel n'est pas très favorable à Gabrielle Fréchette et ses acolytes. Lorsqu'elle a rencontré les spécialistes, en mai, elle ne démontrait aucune empathie envers sa victime. Elle a même suggéré que Chantal Lavigne avait fait le nécessaire pour s'enlever la vie dans le cadre de la hutte de sudation.

«Elle a émis l'hypothèse que la victime a utilisé la hutte de sudation dans un scénario de suicide parce qu'elle désirait s'enlever la vie plutôt que de se séparer de son conjoint. Elle s'est dit offusquée qu'on ait pu faire une telle chose», raconte la procureure se reportant au rapport.

Me Bernier estime donc que le risque de récidive est somme toute important et qu'une peine d'incarcération s'impose afin de permettre aux acteurs de la hutte de sudation de réaliser la gravité de leurs gestes. Elle s'inquiète aussi de constater que ce type de croyance est plus répandu qu'on pourrait le prétendre et que les pratiques ne sont pas encadrées.

«Malheureusement, le contenu de ces cours de croissance personnelle ne fait l'objet d'aucune régulation. Les adeptes ont une confiance totale et il est facile d'en abuser. Comme ça a été le cas ici. Un message clair doit être envoyé à tous les gens qui auraient l'intention de commettre de tels gestes en attribuant une peine sévère», plaide-t-elle.

En conséquence, Me Bernier a demandé à ce que la juge décerne une peine d'emprisonnement de trois ans à Gabrielle Fréchette, cette Victoriavilloise résidant maintenant à Danville. Pour ses acolytes, Gérald Fontaine de Danville et Ginette Duclos de Saint-Germain-de-Grantham, la procureure demande deux années de prison.

Rappelons que les trois accusés ont été retrouvés coupables de négligence criminelle causant la mort de Chantal Lavigne et des lésions à Julie Théberge lors d'une expérience de sudation qui a mal tourné. Les événements sont survenus à la ferme Reine de la paix de Durham-Sud. La juge Hélène Fabi rendra son verdict le 29 janvier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer