Classes annulées le 9 décembre

Les commissions scolaires de l'Estrie annoncent que les... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les commissions scolaires de l'Estrie annoncent que les cours sont annulés, le 9 décembre, en raison de l'avis de grève présenté par des syndicats membres du front commun.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les commissions scolaires de l'Estrie annoncent que les cours sont annulés, le 9 décembre, en raison de l'avis de grève présenté par des syndicats membres du front commun. Toutefois, note la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS), étant donné que les négociations sont toujours en cours, il est possible que la grève soit annulée.

À la Commission scolaire des Sommets (CSS), on précise que les cours seront suspendus dans tous les établissements de la commission scolaire de même que pour le programme Passe-Partout. « Les services de garde seront fermés, tout comme le centre administratif de la commission scolaire et le service de la taxe scolaire », indique-t-on.

La CSRS invite les parents à surveiller son site internet de même que l'information dans les médias en cas de revirement de situation. Même chose à la CSS. « Dans l'éventualité où les syndicats annuleraient la journée de grève du 9 décembre, la CSS diffusera l'information sur son site web le plus rapidement possible », précise l'organisation dans un communiqué envoyé mercredi. La Commission scolaire des Hauts-Cantons (CSHC) confirme également que les cours seront annulés, à moins d'un changement dans les négociations, tout comme la Commission scolaire Eastern Townships (CSET).

Les syndicats du front commun avaient six jours de grève en poche. Jusqu'à maintenant, trois jours ont été utilisés. Les journées de débrayage qui avaient été d'abord annoncées du 1er au 3 décembre ont été reportées. Les syndicats ont finalement annoncé la semaine dernière qu'un débrayage aurait lieu le 9 décembre, même si les choses bougeaient à la table des négociations. Des représentants syndicaux ont alors fait valoir que le débrayage aurait lieu s'il n'y avait pas d'avancée significative. Ils ont aussi précisé que s'ils voulaient débrayer, ils n'avaient d'autre choix que d'aviser sept jours avant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer