• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Sudation mortelle : Gabrielle Fréchette affirme être de retour sur terre 

Sudation mortelle : Gabrielle Fréchette affirme être de retour sur terre

La principale accusée de l'épisode de sudation mortelle,... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

La principale accusée de l'épisode de sudation mortelle, Gabrielle Fréchette, en compagnie de son conjoint.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) Appelée à témoigner dans le cadre des représentations visant à établir sa sentence, Gabrielle Fréchette, la principale accusée de l'épisode de sudation mortelle qui a coûté la vie de Chantal Lavigne, en juillet 2011, a affirmé avoir cessé ses activités ésotériques et être « de retour sur terre ».

Si le décès de sa participante a eu un violent impact sur son comportement, la plongeant en dépression, c'est le verdict de culpabilité prononcé par la juge Hélène Fabi et les rencontres visant à dresser le rapport présentenciel qui ont ramené celle qui personnifiait l'entité divine de Melkisedek à la réalité.

« Lors du verdict, ma foi en a pris un coup, j'ai reconsidéré mes fondements profonds. Les rencontres qui ont suivi avec l'agent de probation et le psychiatre m'ont donné un autre son de cloche. Jamais on ne m'avait posé ces questions, je me suis demandé si je ne m'étais pas réfugié dans un univers de fabulation », a indiqué Fréchette.

Traumatisée par les résultats désastreux de sa dernière hutte de sudation, l'accusée a cessé de tenir de telles activités, mais a continué de donner des thérapies et de courts séminaires faisant intervenir à l'occasion une nouvelle entité du nom de Lester. Elle a graduellement espacé ses activités jusqu'à y mettre fin, en août dernier, quelques mois après avoir rencontré les spécialistes judiciaires.

« J'ai mené à bien les dernières ententes que j'avais prises, puis j'ai arrêté. Le coeur n'y était plus. Je n'avais pas la même énergie, les mêmes convictions, j'étais prête à passer à autre chose », a-t-elle poursuivi.

Une mère attentionnée

Le fils de Gabrielle Fréchette, Maxime, a décrit l'accusée comme une mère respectueuse et attentionnée. Le travailleur social affirme avoir eu l'occasion de grandir dans un environnement familial tout à fait favorable, supérieur à la moyenne. Il a dépeint sa mère comme une bonne vivante, qui traverse une période plutôt difficile.

« Ma mère est quelqu'un qui aime la vie, mais rien n'est pareil depuis la mort de Chantal Lavigne. Il y a une lourdeur qui s'est installée. Ça pèse sur ses épaules », a-t-il dit.

Prétextant que sa cliente ne détenait pas les connaissances scientifiques nécessaires pour prévoir qu'une hutte de sudation pouvait être dangereuse et mettant en relief le faible risque de récidive, l'avocat de la défense Me Richard Dubé a demandé que le tribunal évite de prononcer une peine d'emprisonnement. Il a plutôt suggéré un sursis de sentence assorti d'une importante peine de travaux communautaires.

Il estime que l'imposition d'une peine d'emprisonnement pourrait envoyer un drôle de message aux gens qui ont des croyances différentes de la masse.

« Quel genre de message enverrait-on à ceux qui n'ont pas les mêmes croyances? Est-ce qu'on enverrait un message comme quoi il est dangereux de faire des huttes de sudation? Il y a bon nombre d'autochtones pour qui cette pratique est une tradition », a-t-il suggéré.

Le Danvillois Gérald Fontaine a été l'un des premiers... (La Tribune, Yanick Poisson) - image 2.0

Agrandir

Le Danvillois Gérald Fontaine a été l'un des premiers à intervenir auprès de Chantal Lavigne, une femme qu'il considérait comme une bonne connaissance.

La Tribune, Yanick Poisson

Gérald Fontaine exprime ses regrets

Travaillant à titre d'assistant de Gabrielle Fréchette lors de la hutte de sudation du 29 juillet 2011, Gérald Fontaine a été l'un des premiers à intervenir auprès de Chantal Lavigne, une femme qu'il considérait comme une bonne connaissance.

En aucun moment, il n'a senti que l'activité représentait un danger pour les participants. Lors d'un court témoignage bien senti et bourré d'émotion, il a exprimé ses regrets et son empathie pour la victime et sa famille.

« Je suis vraiment désolé. Jamais je n'ai cru que ça pouvait arriver. Ce n'était pas souhaité. En tant que père de famille, j'ai beaucoup de compassion pour Patrick, le conjoint de Chantal, ainsi que pour leurs enfants qui sont privés de leur mère. C'est sûr qu'il n'est pas question que je refasse ça, je n'ai pas l'intention de recommencer », a-t-il affirmé.

Afin de tenter par tous les moyens d'éviter la prison à son client, Me Jean-François Lauzon a indiqué que Gérald Fontaine était avant tout un adepte de Gabrielle Fréchette et qu'il n'avait pas son mot à dire ni dans la conception de la hutte ni dans ses interventions au cours de la journée fatidique.

« Il avait une grande confiance en Mme Fréchette. Ça faisait quelques années qu'ils se connaissaient et il ne se posait pas de question. Il n'a pas été possible pour lui d'user de son jugement personnel, il ne jouissait plus de son libre arbitre », a expliqué le criminaliste.

Demande de sursis

Brandissant la jurisprudence du cas d'Emma Czornobaj, qui a été condamnée à 90 jours d'emprisonnement discontinu pour avoir provoqué un accident mortel en tentant de sauver des canards, Me Lauzon a demandé à ce que son client bénéficie d'un sursis de sentence et de 240 heures de travaux communautaires.

« Contrairement à Mme Czornobaj, M. Fontaine a fait preuve d'empathie envers ses victimes. Il a un meilleur dossier », a-t-il prétendu.

Rappelons que Gabrielle Fréchette, Gérald Fontaine et Ginette Duclos ont été retrouvés coupables de négligence criminelle causant la mort de Chantal Lavigne et des lésions à Julie Théberge lors d'une expérience de sudation qui a mal tourné. Les événements sont survenus à la ferme Reine de la paix de Durham-Sud. Les représentations sur sentence se poursuivent jeudi, alors que la procureure de la Couronne Me Magali Bernier présentera ses arguments.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer