Les contribuables épargnés à Magog

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Les contribuables de Magog seront probablement enviés par les citoyens de plusieurs autres municipalités. Pourquoi? Le compte de taxes de la large majorité des Magogois diminuera ou n'augmentera que légèrement en 2016.

La Ville de Magog a dévoilé son budget 2016 lors d'une assemblée extraordinaire du conseil municipal tenue mardi soir. La municipalité prévoit des revenus et des dépenses de 50 586 300 $.

Le taux de taxes auquel seront soumis les propriétaires de maisons en 2016 passera à 0,720 $ par tranche de 100 $ d'évaluation foncière, pour une baisse d'un peu plus de trois pour cent comparativement à 2015. Pour les commerces, le taux chutera de 2,094 à 2,049 $ par 100 $ d'évaluation.

Dans la portion urbaine de la Ville de Magog, les contribuables devront débourser 178 $ pour l'eau potable et 171 $ pour les égouts. Pour la collecte des matières résiduelles et récupérables, le tarif s'établira en 2016 à 174 $, une diminution de 18 $ si on compare avec l'année en cours.

Le propriétaire d'une résidence de valeur moyenne, soit 256 764 $, branchée aux réseaux d'aqueduc et d'égouts recevra une facture de 2372 $. Dans le cas d'une maison identique se trouvant en secteur rural, la facture atteindra 2113 $.

Selon les données fournies par la Ville de Magog, 48 pour cent des contribuables du secteur résidentiel auront droit à une diminution de leur compte de taxes l'an prochain. Et le quart des propriétaires de maisons verront leur facture augmenter de 50 $ ou moins.

Notons qu'un nouveau rôle d'évaluation entrera en vigueur l'an prochain sur le territoire de Magog. La municipalité le conservera jusqu'à la fin de 2018.

Une ville en croissance

Sans surprise, la présidente de la Commission des finances de la Ville de Magog, Nathalie Bélanger, se montre fière du travail effectué par la municipalité pour livrer ce budget.

« Quand on regarde ce qui se passe dans certaines autres municipalités, c'est évident qu'on doit être content de notre budget, lance Mme Bélanger. La collaboration et la cohérence de nos équipes à la Ville permettent bien des choses. »

La présidente de la Commission des finances admet cependant que la croissance des revenus de taxes n'est pas étrangère à la situation. « On a la chance d'avoir une ville qui est en développement. Ça nous aide au plan budgétaire. On a obtenu deux millions $ en taxes de bienvenue en 2014 et on atteindra peut-être encore ce chiffre cette année. »

Rappelons que le gouvernement du Québec a imposé des compressions importantes aux municipalités cette année. Qui plus est, Magog a fait le choix de « réduire sa dépendance » envers les revenus d'Hydro-Magog, ce qui contribue à amoindrir sa marge de manoeuvre.

jean-francois.gagnon@latribune.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer