Défilé du père Noël : les festivités bien lancées

Une foule impressionnante attendait le défilé du père... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Une foule impressionnante attendait le défilé du père Noël tout au long de la rue King Est.

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Alexandre Faille
La Tribune

(Sherbrooke) Plusieurs papas ont certainement eu les bras et les épaules un peu plus endolories à leur réveil lundi matin.

C'est que ces mêmes papas ont vaillamment tenu leurs enfants juchés sur leurs épaules pour ne rien manquer du défilé du père Noël dimanche dans les rues de Sherbrooke. Les familles étaient d'ailleurs nombreuses au coin des rues Frontenac et Wellington Nord vers 17 h où le défilé, qui s'était amorcé 1 h 30 auparavant sur la rue King Est, atteignait son point culminant.

Précédé par une ribambelle de créatures de l'imaginaire, de mascottes, de petits enfants ainsi que par deux fanfares et deux troupes de danse, le père Noël a, comme à son habitude, fait écarquiller les yeux des tout-petits qui souhaitent tous que celui-ci réponde à leur

liste de voeux.

« J'ai demandé un paquet LEGO », raconte le petit William, 4 ans, qui a même pris la peine d'écrire une lettre au père Noël pour la remettre aux facteurs de Postes Canada prenant part au défilé.

D'autres sont simplement venus profiter du grand rassemblement populaire en famille.

« Nous sommes surtout venus pour l'illumination du sapin et pour passer une belle soirée à l'extérieur », avance Émilie

Poirier, qui s'était installée en bordure de la rue Wellington Nord avec la petite famille.

Le « nouveau » sapin de la Ville de Sherbrooke, dorénavant réduit de plus de la moitié de sa taille et installé au centre-ville en bordure de la rue Frontenac, s'est effectivement illuminé une fois les chars allégoriques passés. Un feu d'artifice s'est chargé de propager les mêmes couleurs un peu plus haut dans un ciel où virevoltaient quelques flocons, comme pour agrémenter la magie du moment.

Soirée froide

Signe que Noël approche à grands pas, la température a progressivement glissé sous le point de congélation au fur et à mesure que le défilé progressait dans les rues de Sherbrooke. Vers 18 h, ils étaient nombreux à se dandiner sur place pour se réchauffer.

« Il faut bouger! », lançait Sébastien Trudeau. Il faut dire qu'il avait prévu le coup, s'habillant en conséquence.

« Ça fait quelques années que l'on vient en famille alors on ne fait plus les mêmes erreurs. C'est toujours très agréable et les petites adorent ça. Elles n'arrêtent pas d'en parler une fois de retour à la maison », poursuit-il.

À observer l'impressionnante foule massée aux abords des rues du centre-ville, force est d'admettre que peu de gens ont laissé le froid miner la magie de Noël, bien au contraire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer