Recours collectif : l'avocat Daniel Larochelle soulagé

« On n'a pas eu à plaider notre... (La Tribune, archives)

Agrandir

« On n'a pas eu à plaider notre cause cinq minutes, le juge a confirmé notre dossier exceptionnel avec un rendement exceptionnel», se réjouit Me Daniel Larochelle.

La Tribune, archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(Lac-Mégantic) L'avocat responsable du Recours collectif Lac-Mégantic, Me Daniel Larochelle, respire mieux depuis que le juge Gaétan Dumas, de la Cour supérieure, a autorisé, jeudi dernier, ses honoraires et ceux de ses deux partenaires, les avocats Joël Rochon et Jeff Orenstein. Les trois avocats ont représenté ensemble 4200 citoyens et commerçants de Lac-Mégantic à la suite de la tragédie de juillet 2013.

Le juge Dumas a autorisé leurs honoraires à hauteur de 25 pour cent des sommes perçues pour les victimes, ce qui devrait représenter de 14 à 16 millions $, somme que le juge n'a pas trouvée trop élevée, puisque les honoraires réguliers d'avocats peuvent atteindre jusqu'à 40 pour cent, ce que d'autres grandes firmes peuvent exiger dans les mêmes circonstances.

« Aujourd'hui (jeudi), c'est la fin du recours collectif comme tel, l'aboutissement des démarches. On n'a pas eu à plaider notre cause cinq minutes, le juge a confirmé notre dossier exceptionnel avec un rendement exceptionnel. Le fonds est maintenant rendu à 452 millions $, ce qui ne s'est jamais vu auparavant. À cause de la valeur du dollar américain, les familles des victimes n'auront pas seulement 100 millions $, mais environ 130 millions $! », se réjouit Me Larochelle.

« Le juge m'a enlevé un poids qui pesait comme un fardeau très lourd sur mes épaules, à cause de l'incertitude et les risques que nous avons pris. Les honoraires confirmés, le plan est déjà en place, les chèques pourront être distribués aux familles des victimes au tout début de janvier, car c'est trop serré avant les Fêtes. S'il n'y avait pas eu le Canadien Pacifique, qui n'a pas participé au plan, les paiements auraient été distribués à l'automne, comme nous l'avions annoncé. Le CP nous a fait perdre de trois à quatre mois... Nous avons fermé le site internet du Recours collectif Lac-Mégantic, il n'y a plus d'autres requêtes possibles à l'avenir. »

L'avocat se dit « fatigué et à bout de ressources ». Il n'a pas eu de salaire depuis deux ans, « après un travail incroyable ». Il confirme qu'il fallait être un peu fou pour se lancer dans l'aventure, avec toute la part de risques possibles.

« J'ai ressenti beaucoup de doutes, en cours de route. Nous aurions pu nous retrouver avec rien... Nous pensions au début ne toucher que les 25 millions $ de la faillite de la MMA. Puis c'est monté à 100 millions $ et à 208 millions $. Puis sont venus, à la dernière minute, les 200 millions $ de World Fuel Services et d'Irving... Ce fut toute une progression. Les gouvernements vont en retirer 200 millions $ environ, les commerçants et les gens de Lac-Mégantic environ 200 millions $ eux aussi. J'espère que ça va créer un boum ici », dit-il.

L'homme avoue qu'il a trouvé l'aventure très dure.

« Les gens n'ont pas confiance en notre système de justice. Mes partenaires sont contents, ce dossier va faire en sorte que notre nom va en sortir grandi. C'était audacieux. Le taux d'honoraires de 25 pour cent, je suis en paix avec ça, pour tout le travail effectué, j'ai épuisé mes RÉER, mes primes de polices d'assurance, je suis à zéro », confie-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer