Un scénario catastrophe pour les CPE

Selon les associations de CPE et de garderies... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Selon les associations de CPE et de garderies privées, les compressions de 120 millions dans le financement des services de garde mettront en péril 5000 emplois.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) L'inquiétude est grande dans le réseau des CPE estriens, alors que d'autres coupes sont prévues dans le réseau pour la prochaine année financière.

Les CPE nagent une fois de plus en pleine incertitude.

La directrice du CPE Le P'tit Gadu, Judith Laflamme, évalue que les nouvelles coupes en 2016-2017 pourraient représenter 78 000 $ en moins dans son budget, ce qui s'ajoute aux coupes de 30 000 $ qu'elle et son équipe ont dû réaliser cette année. « On a déjà tenu le discours, et on va le tenir encore. On a tout coupé, c'est effrayant comme on a tout coupé! »

« On sait que ce qui est visé, c'est de retrancher 120 M$ (dans l'ensemble du Québec) pour l'année financière 2016-2017. Je sais que des travaux se font pour la refonte du financement. On n'a pas d'information à savoir comment ça va se traduire », commente la directrice du Regroupement des CPE des Cantons-de-l'Est (RCPECE), Lucie Therriault.

Judith Laflamme s'inquiète notamment de la diminution d'une subvention de la rémunération.

Par exemple, selon La Presse, « pour une garderie de 80 enfants, le Ministère aurait l'intention de verser une subvention destinée à la rémunération permettant de couvrir environ 20 000 heures de travail par année », alors que le nombre d'heures pour un tel établissement tourne autour de 23 000 ou 24 000 heures. Le P'tit Gadu compte 78 enfants. « Si je l'appliquais à mon CPE, je ne pourrais pas descendre à 20 000 heures tout en respectant le ratio », lance-t-elle.

Besoins particuliers

La pression budgétaire l'inquiète aussi pour les enfants qui ont des besoins particuliers et, du même coup, besoin de plus de ressources, ce qui représente des coûts financiers plus importants pour les CPE. « Déjà, la subvention pour l'accompagnement des enfants à besoins particuliers ne couvre pas toutes les dépenses. »

Plus tôt cette semaine, l'Association québécoise des CPE (AQCPE) a lancé une pétition afin d'inviter la population à demander au gouvernement d'annuler les compressions additionnelles de 120 M$ qu'il s'apprête à imposer. « Je pense que la mobilisation commence à partir d'aujourd'hui, lance Judith Laflamme. On ne pourra pas laisser passer ça (...) C'est un saccage des CPE. »

Selon l'AQCPE, les compressions sont de 74 M$ pour 2015-2016 à l'échelle de la province.

« Il y a des travaux avec les CPE qui se font pour regarder les différentes options qui s'offrent », note Mme Therriault, en soulignant que les CPE tentaient de dégager des économies. Plusieurs scénarios sont sur la table, comme la fusion de certains établissements et le regroupement d'achats.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer