Le front commun en grève le 9 décembre

Le front commun prévoit une nouvelle journée de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le front commun prévoit une nouvelle journée de grève, cette fois le 9 décembre.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Le front commun prévoit une nouvelle journée de grève, cette fois le 9 décembre. « Il reste des blocages importants, c'est pour ça qu'on annonce une journée de grève. S'il n'y a pas d'avancées significatives,  il va y en avoir une », commente Denis Beaudin, président de la CSN-Estrie.

Denis Beaudin... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Denis Beaudin

Archives La Tribune

« On avait fait une avancée significative en faisant une contre-proposition. Pour la première fois, le gouvernement s'est mis en mode négociation (...) On est positif », observe toutefois M. Beaudin.

Au Syndicat de l'enseignement de l'Estrie (SEE), on souligne que comme les syndicats doivent émettre un avis de grève sept jours avant, ceux-ci devaient faire connaître leur intention.

L'annonce survient alors que le conseil d'administration du Cégep de Sherbrooke a décidé de prolonger la session jusqu'au 21 décembre, mercredi soir. Le scénario pourrait toutefois encore changer avec cette journée annoncée. Une assemblée générale des étudiants prévue mardi pourrait également changer la donne. Si les étudiants maintiennent la grève, la session actuelle pourrait être prolongée en janvier.

La session devait se terminer le 18 décembre. En raison de la grève des étudiants le 5 novembre, l'institution a décidé de modifier le calendrier scolaire et d'ajouter une reprise le 21 décembre.

Le directeur des études du Cégep de Sherbrooke, Éric Gagné, explique que le règlement sur le régime d'études collégiales prévoit 82 jours de classe. « Notre session comptait 86 jours », explique M. Gagné.

«Si les étudiants maintiennent les journées du 1er au 3, on finirait le 23. Et si on ajoute le 9 décembre, on pourrait basculer en janvier.»


« Les journées de grève du 28 octobre, 12 et 13 novembre ne sont pas reprises, étant donné qu'on a une marge de manoeuvre », a-t-il expliqué en entrevue jeudi juste avant qu'on apprenne la tenue d'une grève nationale le 9 décembre. Si cela se concrétise, toutes les écoles de la région seront alors fermées.

Trois jours de coussin

« On a trois jours de coussin. Si les étudiants maintiennent les journées du 1er au 3, on finirait le 23. Et si on ajoute le 9 décembre, on pourrait basculer en janvier », illustre Marie-Claude Dupoy, directrice du service des communications et des affaires corporatives de l'établissement, en soulignant qu'il s'agit pour le moment d'hypothèse.

« On aimerait éviter ça, car ce ne sont pas des conditions d'apprentissage idéales. On souhaite terminer au plus tard le 23 décembre », note M. Gagné. 

Lors de l'assemblée mardi, les étudiants pourraient se prononcer sur le maintien des trois journées de grève déjà votées, du 1er au 3 décembre. Compte tenu de la proposition adoptée, ils devaient être en grève même si le front commun avait reporté ces trois journées. 

Les membres du front commun ont six jours de grève en poche; ils en ont utilisé trois jusqu'à maintenant. 

« Ce qui ne nous convient pas, c'est que s'il y a des journées de grève supplémentaires, on va nous demander de reprendre ces journées », commente le président du Syndicat du personnel enseignant du Cégep de Sherbrooke (SPECS-CSN), Steve McKay, en soulignant que le calendrier de la session d'automne pourrait s'étirer en janvier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer