Sherbrooke devrait accueillir 210 réfugiés d'ici la fin 2016

« Nos portes sont ouvertes. C'est dans notre... (Archives, La Tribune)

Agrandir

« Nos portes sont ouvertes. C'est dans notre habitude d'accueillir les réfugiés et c'est rendu une de nos expertises à Sherbrooke. Tout le mérite revient au Service d'aide aux Néo-Canadiens, car la Ville de Sherbrooke n'intervient pas », résume le maire Bernard Sévigny.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire et ministre de la Sécurité publique suppléant, Pierre Moreau, et la ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil, ont dévoilé, hier, le plan de coordination québécois pour l'accueil des réfugiés syriens.

Le plan prévoit que le Québec accueillera 7300 réfugiés syriens d'ici la fin 2016, dont 210 devraient s'installer à Sherbrooke.

Drummondville et Victoriaville accueilleront respectivement 70 et 50 réfugiés syriens.

« Nos portes sont ouvertes. C'est dans notre habitude d'accueillir les réfugiés et c'est rendu une de nos expertises à Sherbrooke. Tout le mérite revient au Service d'aide aux Néo-Canadiens, car la Ville de Sherbrooke n'intervient pas », résume le maire Bernard Sévigny précisant que le nombre de 210 réfugiés est une proposition de Québec et non une commande ou une obligation.

« Le Service d'aide aux Néo-Canadiens évaluait récemment que Sherbrooke serait en mesure d'accueillir entre 400 et 500 réfugiés, alors on ne devrait pas avoir de problème à en accueillir 210 », souligne le maire Sévigny.

Des 210 réfugiés syriens attendus à Sherbrooke, 110 devraient être parrainés au privé et 100 devraient être pris en charge par l'État.

« Maintenant, je sais que l'Église syriaque orthodoxe de Sherbrooke est prête à accueillir 350 Syriens. Si on les ajoute aux 210 autres réfugiés, on aura vite atteint notre pleine capacité d'accueil», révèle le maire Sévigny soulignant qu'une portion des Syriens accueillis par l'Église peut être comprise dans les 110 Syriens qui devraient être parrainés au privé.

Rappelons que Sherbrooke a accueilli, depuis 12 ans, une moyenne de 445 réfugiés annuellement.

Commission Charbonneau

Par ailleurs, le maire Sévigny n'est pas tombé en bas de sa chaise en lisant les 60 recommandations du rapport de la commission Charbonneau. « Plusieurs éléments de proposition ont déjà été réglés par le gouvernement du Québec. On peut penser au resserrement lié à l'octroi de contrat ou à la transparence liée au financement des partis politiques », commente-t-il.

Certaines recommandations de nature plus « mécanique » peuvent se régler facilement, note le maire Sévigny, donnant pour exemple l'énoncé numéro 15 portant sur une normalisation des délais de production des décomptes progressifs et des paiements. D'autres recommandations, comme l'énoncé 24, ont été réglées avec l'adoption du pacte fiscal en septembre.

Dans le rapport, les commissaires recommandent au gouvernement de mettre en place un processus de consultation publique sur la limitation du mandat des maires.

À l'heure actuelle, aucune province canadienne n'impose de limites au nombre de mandats consécutifs d'un élu, selon le rapport. Les partisans canadiens de cette option suggèrent toutefois d'opter pour un maximum de trois mandats consécutifs, soit 12 ans, ajoute-t-on dans le rapport. Plusieurs grandes villes américaines ont déjà franchi le pas et adopté des mesures de limitation de mandat, dont New York (2 mandats), Los Angeles (2 mandats), Houston (3 mandats) et San Francisco (2 mandats).

« On y a déjà réfléchi au sein du Renouveau Sherbrookois, on a fait le débat et l'idée a été rejetée. On a décidé de s'en remettre à la sagesse de l'électorat », explique le maire ajoutant qu'il y a d'autres moyens d'éviter les malversations liées au pouvoir.

« En résumé, il n'y a pas grand-chose qui nous effraie dans le rapport. Ce qu'il démontre, c'est qu'on doit aller plus loin dans les vérifications, mais il faut faire attention pour que cela ne devienne pas trop lourd et que le coût engendré ne soit pas supérieur au bénéfice découlant des mesures mises en place », conclut le maire de Sherbrooke.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer