• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Le CIUSSS de l'Estrie - CHUS veut doubler le nombre de super-infirmières d'ici 2020 

Le CIUSSS de l'Estrie - CHUS veut doubler le nombre de super-infirmières d'ici 2020

En réponse à une lettre ouverte d'une lectrice... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

En réponse à une lettre ouverte d'une lectrice publiée dans nos pages, le CIUSSS de l'Estrie - CHUS prétend qu'il compte doubler son nombre d'infirmières praticiennes spécialisées d'ici 2020 et que des embauches pourraient avoir lieu une fois l'évaluation des besoins du réseau terminée.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Faille
La Tribune

(SHERBROOKE) Le CIUSSS de l'Estrie - CHUS a démenti l'information voulant qu'aucun poste d'infirmière praticienne spécialisée (super-infirmière) ne soit créé au sein de son réseau au cours des prochaines années.

Dans une lettre ouverte publiée dans nos pages, une lectrice évoquait qu'aucun poste ne serait créé au cours des deux prochaines années alors que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avait promis la création de 2000 postes d'infirmières praticiennes spécialisées au Québec.

Lise Montagne, directrice des soins infirmiers du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Estrie - Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CIUSSS de l'Estrie - CHUS), affirme plutôt que l'établissement compte doubler son nombre d'effectifs d'ici 2020. Actuellement, le réseau estrien dispose de 29 infirmières praticiennes spécialisées, dont 26 travaillent en première ligne, la plupart au sein de groupes de médecine familiale. Deux d'entre elles sont spécialisées en cardiologie et une autre en néphrologie.

« La porte n'est pas fermée à l'embauche d'infirmières praticiennes spécialisées. Au contraire, nous en avons embauché au mois d'août dernier et comptons continuer d'observer les besoins sur une base régulière. Dans le contexte actuel de restructuration du réseau, nous devons bien évaluer où sont les manques à gagner, explique-t-elle. Nous devons observer un équilibre entre les besoins du milieu et notre capacité à donner à ces infirmières praticiennes spécialisées un soutien adéquat. »

Des pouvoirs accrus

Les infirmières praticiennes spécialisées permettent de diminuer la charge de patients des équipes médicales en s'assurant du suivi de grossesses ou encore de patients atteints de maladies chroniques. Elles ont également la capacité de prescrire des tests diagnostiques et des traitements en plus d'effectuer certaines interventions invasives. Un diplôme universitaire de deuxième cycle est requis pour pouvoir exercer ces fonctions.

Mme Montagne explique également que les effectifs sont répartis sur l'ensemble du nouveau territoire couvert par le CIUSSS de l'Estrie - CHUS et que la majorité des infirmières praticiennes spécialisées évoluent dans des cliniques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer