Finies, les récréations prolongées

Les récréations prolongées et les journées raccourcies comme... (Archives, La Presse)

Agrandir

Les récréations prolongées et les journées raccourcies comme moyens de pression des enseignants sont terminées

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les récréations prolongées et les journées raccourcies comme moyens de pression des enseignants sont terminées. Dans une décision rendue plus tôt cette semaine, la Commission des relations du travail (CRT) a ordonné à la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ) de cesser cette pratique.

À la suite de cette ordonnance, le Syndicat de l'enseignement de l'Estrie (SEE), qui fait partie de la FSE, a demandé à ses membres de cesser ce moyen de pression.

Le SEE regroupe environ 3500 enseignants des commissions scolaires de la Région-de-Sherbrooke (CSRS), des Sommets (CSS) et des Hauts-Cantons (CSHC).

La CRT soutient que les enseignants doivent maintenir la prestation de travail prévue lorsqu'ils n'exercent pas leur droit de grève.

« Malgré le professionnalisme dont font preuve les enseignants dans le cadre de l'exercice de leurs moyens d'action, force est de constater que les élèves ne reçoivent pas le temps d'enseignement qu'ils sont en droit de recevoir. Ce déficit s'établit à environ 40 minutes par semaine et représente près de six heures de moins d'enseignement depuis la rentrée scolaire. Cette perte est suffisamment importante pour conclure qu'elle porte préjudice au service d'éducation », peut-on lire dans la décision de la CRT.

Une demande conjointe d'intervention avait été adressée par le Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones (CPNCF) et la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ).

Les requérants soutenaient que les moyens de pression étaient susceptibles de « porter préjudice à un service auquel les élèves et leurs parents ont droit ».

Rappelons que dans le cadre des négociations, les enseignants appliquent différents moyens de pression, dont celui de s'en tenir aux tâches prévues à la convention collective. De plus, en Estrie, la remise des notes dans le système informatique des écoles a été retardée d'une semaine. Trois jours de grève ont eu lieu depuis la fin octobre. Les autres journées prévues, du 1er au 3 décembre, ont été reportées par le front commun.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer