• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Accueillir 25 000 Syriens avant la fin de 2015 n'est pas réaliste, dit Weil 

Accueillir 25 000 Syriens avant la fin de 2015 n'est pas réaliste, dit Weil

Kathleen Weil... (Photo PC)

Agrandir

Kathleen Weil

Photo PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne
Montréal

La promesse d'accueillir 25 000 réfugiés syriens avant la fin de l'année n'est tout simplement pas réaliste, selon la ministre québécoise de l'Immigration, Kathleen Weil.

Faisant le point, lundi à Montréal, sur le rôle qu'entend jouer le Québec dans cette opération de sauvetage, la ministre Weil a fait valoir la longueur du processus, auquel s'ajoutent dans ce cas-ci des considérations additionnelles de sécurité.

À cet effet, Mme Weil a dit comprendre les inquiétudes «légitimes» de certains citoyens face à l'arrivée de réfugiés en provenance de la région troublée, mais elle a clairement indiqué qu'aucun compromis ne serait fait sur les enjeux de sécurité.

En vertu de l'entente fédérale-provinciale en matière d'immigration, le Québec assume normalement 23 pour cent des réfugiés admis au pays, ce qui représente dans le cas des Syriens 5750 personnes.

Or, le 7 septembre dernier, Québec avait déjà accepté d'ajouter 2450 réfugiés syriens aux quelque 1200 prévus dans les objectifs 2015 de la province, pour un total de 3650. La décision d'Ottawa vient donc ajouter 2100 personnes à ce total pour atteindre les 5750 promis.

La ministre Weil réclame donc d'Ottawa les sommes additionnelles requises pour absorber cet ajout.

L'état d'avancement du dossier démontre d'ailleurs à quel point la promesse d'un accueil massif en moins de deux mois paraît difficilement réalisable: sur les 3650 réfugiés que l'on a décidé d'accueillir en septembre dernier, 2400 dossiers seront complétés le 18 décembre avec l'émission d'un certificat de sélection par le gouvernement du Québec.

Ces certificats de sélection seront alors acheminés aux autorités canadiennes à Beyrouth pour y être complétés, soit près de quatre mois après la mise en marche des procédures.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer