• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Trudeau dit au G20 que le Canada sera actif dans la lutte au terrorisme 

Trudeau dit au G20 que le Canada sera actif dans la lutte au terrorisme

Justin Trudeau... (Photo PC)

Agrandir

Justin Trudeau

Photo PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mike Blanchfield
La Presse Canadienne
ANTALYA, Turquie

Le premier ministre Justin Trudeau a assuré à ses homologues leaders des pays du G20 que le Canada jouerait un rôle actif dans la lutte au groupe armé État islamique, malgré la décision de son gouvernement de retirer les avions de chasse canadiens de la coalition internationale.

Son porte-parole, Cameron Ahmad, a précisé que M. Trudeau avait rappelé aux autres chefs de gouvernement réunis en Turquie que le Canada cherchait la manière où il pourrait le mieux contribuer aux actions de la coalition.

«Il a dit à ses collègues que le Canada a été un membre actif de la coalition et qu'il continuerait à en faire partie, mais que le pays évaluait présentement comment il pourrait le mieux contribuer aux efforts», a précisé M. Ahmad dans un courriel.

Des représentants canadiens ont déjà déclaré que le pays souhaitait renforcer ses efforts pour entraîner des combattants kurdes qui affrontent les djihadistes de l'État islamique en Syrie et en Irak.

M. Trudeau a prononcé ce discours à un dîner protocolaire réunissant les leaders mondiaux dimanche soir à Antalya, en Turquie, où se tient le G20.

Les détails de son allocution, qui était principalement axée sur le combat mené contre l'État islamique et la crise de réfugiés, ont été dévoilés lundi par le bureau du premier ministre.

M. Ahmad a indiqué que M. Trudeau avait amorcé son discours en «saluant une fois de plus le courage et la résilience des Parisiens, et plus particulièrement le président François Hollande qui continue de faire preuve de force et de fermeté, et d'un refus à succomber à la terreur».

Il est prévu que Justin Trudeau rencontre les journalistes canadiens avant de quitter la Turquie.

Le Canada fait face à de fortes pressions pour que le pays revoit sa décision de retirer six avions de chasse CF-18 de la coalition dirigée par les États-Unis qui bombarde des positions de l'État islamique en Syrie.

Le premier ministre a rencontré lundi le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius. M. Trudeau lui a assuré de la solidarité canadienne face aux attentats qui ont mis Paris à feu et à sang vendredi.

Les deux politiciens ont déclaré qu'ils allaient travailler ensemble pour obtenir un «consensus ambitieux» au sommet des Nations unies sur le climat qui s'ouvrira à la fin du mois dans la capitale française, une rencontre qui se déroulera sous haute sécurité.

M. Fabius participait au G20 au nom du président François Hollande, qui est demeuré en France à la suite des attaques terroristes qu'il a qualifiées «d'acte de guerre».

Avant de rencontrer M. Trudeau, M. Fabius a défendu la décision de l'État français de lancer dimanche soir des frappes aériennes à Raqqa, en Syrie, un bastion de l'État islamique.

Il a déclaré que la réponse française était «politique» et que la France devait être «présente et active» pour répondre aux attaques qui ont fait 129 morts.

Les attentats de Paris ont pris le dessus sur les discussions de nature économique qui devaient se tenir lors du G20. Encore lundi, les dirigeants débattaient de la réponse à servir à la menace grandissante que représente l'État islamique.

M. Trudeau a également eu des rencontres bilatérales avec la chancelière de l'Allemagne, Angela Merkel, et son homologue de l'Italie, Matteo Renzi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer