Accueil des réfugiés : la Ville va élaborer un plan

Un plan d'intervention pour l'accueil des réfugiés sera... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Un plan d'intervention pour l'accueil des réfugiés sera élaboré à la Ville de Sherbrooke afin de bien arrimer tous les intervenants qui travailleront à les accueillir, selon la conseillère municipale Annie Godbout, présidente du comité des relations interculturelles et de la diversité.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un plan d'intervention pour l'accueil des réfugiés sera élaboré à la Ville de Sherbrooke afin de bien arrimer tous les intervenants qui travailleront à les accueillir, selon la conseillère municipale Annie Godbout, présidente du comité des relations interculturelles et de la diversité.

C'est l'un des éléments qui est ressorti d'une rencontre qui avait pour objectif de faire le point sur cette question, vendredi, avec les différents intervenants qui oeuvrent au dossier, dont le Service d'aide aux Néo-Canadiens (SANC) et l'attachée de presse de la ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, Jacqueline Belleau.

Le plan, réalisé par un agent à la vie communautaire de la Ville, sera présenté au comité des relations interculturelles. « On va travailler pour avoir un rôle pivot afin d'avoir une cohésion sur le terrain », illustre Mme Godbout. « Tout ne doit pas reposer sur un seul organisme. Cet enjeu-là doit reposer sur toute la communauté. On est à définir les rôles pour avoir une meilleure cohésion. » Le plan s'attardera aux rôles des différents organismes du milieu, mais aussi aux rôles des services de la Ville. Rappelons que le Canada s'est engagé à faire venir 25 000 Syriens au pays.

Les policiers pourraient être mis à profit, tout comme Hydro-Sherbrooke, illustre-t-elle. « S'il y a plusieurs personnes qui arrivent en même temps, ce sont plusieurs branchements... »

La directrice du SANC, Mercedes Orellana, a une rencontre prévue avec le ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion (MIDI) en début de semaine. Elle estime qu'elle pourrait peut-être en savoir plus à ce moment sur le nombre de réfugiés attendus, car en ce moment elle ne dispose que d'hypothèses, soit au moins 400-500. Si la première semaine de décembre circule comme date d'arrivée, celle-ci pourrait aussi se confirmer lors de la rencontre avec le MIDI, avance Mme Orellana.

« Plus vite on aura l'information, plus vite on pourra s'organiser », souligne Annie Godbout.

L'accueil des réfugiés soulève tout de même des préoccupations, notamment au chapitre financier. « Assurément, à la Ville de Sherbrooke, c'est un enjeu majeur », note la conseillère. Elle souligne que la Ville n'a pas d'entente avec le Ministère depuis 2012. « On n'a pas de plan d'action (visant à soutenir l'intégration) parce qu'on n'a pas de financement », illustre-t-elle. « Un des enjeux, c'est qu'il y a beaucoup de préjugés à l'égard des communautés musulmanes. C'est un enjeu de travailler sur l'acceptabilité sociale et d'ouvrir le dialogue... »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer