Carnage à Beyrouth : 41 morts

Des secouristes inspectent les débris dans une rue... (Agence France-Presse)

Agrandir

Des secouristes inspectent les débris dans une rue commerçante du quartier de Bourj al-Barajné. L'attaque revendiquée par le groupe État islamique est la plus sanglante contre un bastion du Hezbollah depuis son implication dans le conflit en Syrie au côté du régime.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Quarante et une personnes ont péri jeudi dans un double attentat contre un fief du Hezbollah chiite au sud de Beyrouth, revendiqué par le groupe jihadiste sunnite État islamique (ÉI), deux organisations qui se font la guerre en Syrie voisine.

L'attaque, qui a aussi fait près de 200 blessés, est la plus sanglante contre un bastion du Hezbollah depuis son implication début 2013 dans le conflit en Syrie au côté du régime, et l'une des plus meurtrières au Liban depuis la fin de la guerre civile (1975-1990).

Sur les lieux de l'attaque, le ministre de la Santé Waël Abou Faour a affirmé que de nombreux blessés étaient dans un état critique.

En fin d'après-midi, deux hommes ont successivement fait détoner leurs ceintures explosives dans une rue commerçante bondée du quartier de Bourj al-Barajné, selon l'armée qui a aussitôt bouclé le secteur. Un troisième « terroriste » qui n'a pu faire exploser sa ceinture a été retrouvé mort, a-t-elle ajouté.

Le photographe de l'AFP a vu des corps ensanglantés dans des magasins pulvérisés et des flaques de sang au milieu de voitures détruites après les explosions. Des secouristes et des civils évacuaient les blessés.

Le bilan n'a cessé de s'alourdir, la Croix-Rouge libanaise faisant état dans un dernier bilan provisoire de 41 morts et 181 blessés.

La double attaque a été revendiquée par le groupe extrémiste ÉI qui a dans un communiqué parlé de deux attaques mais d'un seul kamikaze.

« Des soldats du califat ont réussi à faire exploser une motocyclette piégée garée contre un rassemblement de ''rafida'' «, terme péjoratif désignant les chiites, et « après que des apostats sont accourus sur les lieux, un des chevaliers du martyre a fait détoner sa ceinture explosive au milieu du groupe », a indiqué l'ÉI.

La revendication n'a pu être authentifiée mais le texte est conforme au format habituel des revendications du groupe extrémiste qui n'a pas mentionné le conflit en Syrie dans son communiqué.

Il s'agit du premier attentat contre un fief du Hezbollah dans la banlieue sud de Beyrouth depuis juin 2014, lorsqu'un agent de sécurité avait été tué en empêchant une attaque. Auparavant, une série d'attaques avaient endeuillé des fiefs du Hezbollah au Liban.

Le premier ministre Tammam Salam a annoncé une journée de deuil national vendredi.

Entre juillet 2013 et février 2014, il y a eu neuf attaques contre les fiefs du Hezbollah ou des régions fidèles à ce mouvement, la plupart revendiquées par des groupes extrémistes sunnites. Ceux-ci avaient présenté leurs attaques comme une « vengeance » à la décision du Hezbollah d'envoyer des milliers de ses hommes combattre en Syrie au côté du régime de Bachar al-Assad contre les rebelles et les jihadistes, en grande majorité des sunnites.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer