Vingt-quatre heures de jeux pour Leucan

Le cofondateur de La Console qui console, Patrick... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Le cofondateur de La Console qui console, Patrick Lafortune, fait de l'art-thérapie au CHUS depuis 10 ans et aide à ce titre les enfants et adolescents atteints de cancer, dont Frédérick Gagné. Les deux se promettent de bons moments au marathon de jeux samedi et dimanche au Cégep de Sherbrooke.

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) Les mordus de jeux de toutes sortes ont rendez-vous au Cégep de Sherbrooke, samedi, pour le troisième marathon de 24 heures La Console qui console.

Jeux vidéo, jeux de rôle, jeux de société, tous les jeux sont permis avec le triple objectif de se rassembler, d'amasser des fonds pour Leucan et de sensibiliser à la réalité des enfants atteints de cancer.

Cofondateur de l'activité, Patrick Lafortune est enseignant en éducation spécialisée au Cégep et art-thérapeute depuis 10 ans au CHUS et pour Leucan Estrie.

Il y a trois ans, avec un petit groupe d'étudiants, ils ont cherché une activité spéciale pour aider Leucan.

« Le flash, on l'a eu quand on s'est demandé ce qui rassemble le monde? C'est les jeux. Et puis quand on joue, on fait aussi de la thérapie... »

En 2013, l'événement est né sans trop d'attente, dans la cafétéria du Cégep.

En 2014, 500 personnes ont répondu à la deuxième invitation; 5000 $ ont été remis à Leucan; l'événement a décroché deux reconnaissances, dont finaliste au prix Forces avenir qui récompense l'engagement étudiant au Québec.

Troisième niveau

Cette année, de samedi 10 h à dimanche 10 h, l'événement promet de passer à un troisième niveau.

Les organisateurs ont prévu sept locaux où il y aura toutes les consoles « imaginables », incluant la « rétro » Pong, une zone orange pour mesurer ses talents à Mario Bros et d'autres classiques, une salle de l'horreur (pour les adultes), une salle de drift (voitures miniatures téléguidées), un LAN party (amenez vos ordis), et même la chance d'essayer l'Oculus Rift...

Les organisateurs ont également prévu toute une section pour les jeux de société, en collaboration avec la boutique Le Griffon, précise M. Lafortune.

« Il s'agit également d'une opportunité pour parader avec les plus beaux cosplay », fait-il valoir.

L'enseignant n'ose pas trop s'avancer sur le nombre de personnes qui pourraient venir jouer samedi. « Une chose est sûre, c'est que c'est rendu gros, dit-il. Ç'a fait boule de neige. Si ça va super bien, on pourrait peut-être aller au Centre de foires l'an prochain», se prend-il à imaginer.

Se promettant bien d'y être samedi, pour une deuxième année, Frédérick Gagné a très hâte d'essayer la console édition spéciale Pokemon. Il amènera des amis de l'école Plein-Soleil et aimerait bien gagner le vélo BMX...

Tenir tête à la leucémie

Du haut de ses huit ans, le garçon tient tête à la leucémie et côtoie régulièrement Patrick, qui l'aide à traverser ses traitements de chimiothérapie au CHUS.

Sa mère Nathalie Faucher, psychoéducatrice de carrière, témoigne à quel point elle a pu se sentir démunie devant la maladie et comment les bénévoles de Leucan Estrie ont tissé autour de la famille un filet aidant et rassurant.

« Le soutien de Leucan est tellement important, dit-elle, avec eux on est jamais seuls. »

Quant à l'idée de jouer pour aider l'organisme, elle n'y voit que du bon. D'autant que les consoles de jeux sont aussi d'une aide précieuse pour distraire les enfants durant les nombreuses hospitalisations et traitements.

« Les consoles, c'est vrai que ça console, réfléchit-elle à haute voix.

« Pendant qu'on joue, enchaîne M. Lafortune, on oublie un peu la maladie. »

On s'inscrit sur place aux tournois de La Console qui console. Des frais d'entrée de 15 $ sont demandés, 25 $ pour les VIP.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer