La statue de Sylvie Daigle sera restaurée

La Ville de Sherbrooke prendra les moyens afin... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

La Ville de Sherbrooke prendra les moyens afin de redonner à la statue de Sylvie Daigle son lustre d'autrefois.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Ville de Sherbrooke prendra les moyens afin de redonner à la statue de Sylvie Daigle son lustre d'autrefois.

Selon le conseiller Vincent Boutin, président du comité du sport et du plein air à Sherbrooke, on est en train d'évaluer ce qui pourra être fait. Chose certaine, on devra patienter quelques mois pour que la statue représentant la grande Olympienne soit remise en forme.

Rappelons que la sculpture à l'image de la patineuse de vitesse courte piste devant le Palais des sports de Sherbrooke a été vandalisée. Une partie de la tête, un bras et une jambe ont été endommagés.

« Nous allons soit la remplacer ou la réparer. Ce n'est pas décidé », dit M. Boutin. Nous sommes en train d'évaluer ce qui peut être fait. »

« Nous voulons aussi évaluer les coûts. Avec les oeuvres d'art, ça peut aller de 15 000 à 100 000 $. Les membres du conseil sont unanimes à dire qu'on doit faire quelque chose. »

On pourrait recouvrir la statue d'une bâche au cours de l'hiver pour entreprendre les travaux en 2016.

Son auteur, le sculpteur estrien Pierre Chouinard considère qu'il serait difficile de réparer l'oeuvre. On sait que M. Chouinaud a encore le moule de la sculpture qui date de 2006, ce qui pourrait aider, ajoute M. Boutin.

L'ex-maire Perrault déçu

L'ancien maire de Sherbrooke, Jean Perrault, président du Panthéon du sport de Sherbrooke, s'est dit déçu d'apprendre qu'on s'en était pris de la sorte à la statue.

« C'est très dommage de voir ce qui a été fait à cette oeuvre d'art qui rend hommage à Mme Daigle, une grande athlète. D'autant plus que Sherbrooke cherche à accueillir les Jeux de la Francophonie où le sport et les arts sont liés. »

M. Perrault espère que la Ville de Sherbrooke sera en mesure de réparer la sculpture. Elle avait été réalisée grâce à la bonne volonté de commanditaires et des gens du département de Génie de l'Université de Sherbrooke et de la Ville, se souvient-il.

Du côté du Service de police de Sherbrooke, on se contente de dire que le dossier est toujours en enquête.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer