Une manifestation pour vanter Sherbrooke

Ils étaient quelques centaines à s'être rassemblés devant... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Ils étaient quelques centaines à s'être rassemblés devant l'hôtel de ville pour saluer le comité d'experts des Jeux de la Francophonie lundi. Ces célébrations clôturaient un point de presse dans lequel les élus de la région ont continué de vanter les attributs de Sherbrooke pour l'obtention des Jeux de la Francophonie de 2021.

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Ils étaient quelques centaines, deux cents, trois cents peut-être, à s'être rassemblés devant l'hôtel de ville pour saluer le comité d'experts des Jeux de la Francophonie lundi. Ils ont formé une haie d'honneur tout au long de l'escalier descendant de l'hôtel de ville jusqu'à la rue Wellington Nord, où un corps de tambours a escorté les dignitaires jusqu'à une scène où se produisait le groupe Lily K.O. Ces célébrations clôturaient un point de presse dans lequel les élus de la région ont continué de vanter les attributs de Sherbrooke pour l'obtention des Jeux de la Francophonie de 2021.

L'invitation pour la grande mobilisation avait été lancée il y a un peu plus d'une semaine pour que la population, les gens d'affaires et les commerçants manifestent leur appui aux Jeux de la Francophonie. Au final, les élus sherbrookois, des employés de la Ville et des citoyens composaient la foule qui agitait des cartons aux couleurs de Sherbrooke. Le député Pierre-Luc Dusseault, qui n'avait pas été invité au point de presse dans le hall d'honneur de l'hôtel de ville, était lui aussi présent.

La ministre des Relations internationales et de la Francophonie Christine St-Pierre a lancé le bal des allocutions. « C'est un moment de grand bonheur de présenter la candidature exceptionnelle qu'est celle de Sherbrooke aux Jeux de la Francophonie de 2021. »

Mme St-Pierre a rappelé que le Québec a accueilli deux sommets de la francophonie et le premier Forum mondial de la langue française. « Sherbrooke est une ville jeune et elle compte au Québec la plus importante population étudiante au prorata de sa population. La Ville est forte d'une solide expérience dans l'organisation d'événements sportifs d'envergure et elle a fait la preuve qu'elle avait les sites et infrastructures sportives et culturelles qui répondent aux normes du comité international des jeux. »

Elle a aussi cité les 58 communautés culturelles francophones habitant Sherbrooke et les environs. « Nous voulons faire de ces jeux un lieu de tous les possibles. »

« La seule idée d'accueillir la plus importante manifestation culturelle et sportive francophone consacrée à la jeunesse crée déjà une grande fébrilité. [...] À Sherbrooke, on adore la jeunesse, la voir évoluer, la voir réussir dans toutes ses aspirations. Ce qu'il y a de magique avec les Jeux de la Francophonie, c'est que le sport, l'art, la diversité culturelle et la langue française font l'objet d'une même célébration », a ajouté le maire Bernard Sévigny.

Enfin, le député Luc Fortin a rapporté qu'à la présentation du projet sherbrookois, le premier ministre Philippe Couillard lui aurait dit qu'il ferait « en sorte que ça marche ». « Je considère que le plus grand atout, ce sont les Sherbrookois et les Sherbrookoises. [...] Les gens qui vont compétitionner ici, je crois que certains ne voudront plus repartir et nous les accueillerons à bras ouverts. Nous démontrons clairement que les jeux, nous les voulons, et tous ensemble, nous les obtiendrons. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer