La dépression, sans tabou

Au Salon Féminin Pluriel, la chanteuse Florence K... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Au Salon Féminin Pluriel, la chanteuse Florence K et l'ex-journaliste devenue conférencière Karine Champagne ont échangé en compagnie de l'animatrice Isabelle Racicot sur la dépression, un mal qui les a rongées chacune de manière différente.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Faille
La Tribune

(Sherbrooke) Le sujet ne semble pas adapté au décor. Devant une scène éclairée de fuchsia et de rose, c'est de la grisaille de la dépression que discutent Florence K et Karine Champagne en compagnie d'Isabelle Racicot.

Invitées de marque du Salon Féminin Pluriel qui se déroulait ce week-end au Centre de foires de Sherbrooke, Florence K et Karine Champagne ont vécu l'enfer de la dépression, mais paraissent plus rayonnantes que jamais, comme si un soleil intérieur avait dissipé cette grisaille qui brouillait leur esprit. Reste qu'avant de retrouver cette lumière, le chemin a été ardu.

« Ça faisait six mois que je n'allais pas bien, mais que je fonctionnais. J'avais un grand problème d'estime de moi et c'était paradoxal parce que je devais monter sur scène et quand les gens m'applaudissaient, je me demandais pourquoi. Je me disais, mais moi, je ne suis qu'une merde, carrément, raconte Florence K. Je me sentais encore plus coupable parce que j'avais tout pour être heureuse. Je me demandais pourquoi je n'arrivais pas à me ressaisir. Plus je me posais cette question, plus je culpabilisais, moins j'arrivais à me ressaisir et cela s'est transformé en une angoisse constante. »

Florence K, qui a récemment lancé un livre intitulé Buena Vida sur cet épisode de sa vie, souligne qu'elle a dû être internée en raison de ses idées suicidaires. « Le raisonnement complètement erroné que j'avais était le suivant : "Je ne veux pas que ma fille grandisse avec une mère aussi horrible que moi. Vaut mieux laisser ma place à ma grand-mère ou à une autre femme." »

Karine Champagne, elle, n'a pas atteint ce niveau psychotique. Elle se considère aujourd'hui chanceuse d'avoir reconnu les signes et symptômes avant de plonger encore plus profondément dans les abysses de son esprit.

« J'étais sur le pilote automatique, mon corps n'était plus capable de lire les nouvelles. Le jour où ça a frappé, on m'a dit à l'oreille "Karine, on commence dans 20 secondes" et j'ai soudainement eu une boule qui m'a monté dans la gorge. J'ai arraché mon micro et mon télex et j'ai pleuré pendant 48 heures », se remémore-t-elle.

C'est après avoir réalisé que son emploi devant la caméra ne la satisfaisait plus qu'elle a opté pour une nouvelle carrière de conférencière. Elle sensibilise aujourd'hui les gens, les femmes surtout, à rapidement identifier les signes de la dépression et à consulter son médecin. Surtout, elle souhaite que la dépression soit traitée au même titre que toute autre maladie physique.

« On a eu l'époque du VIH, puis celle du cancer du sein où on sensibilisait les femmes à passer les mammographies et je crois que, maintenant, on est à l'ère des maladies mentales. On en parle beaucoup pour que ça devienne normal de dire qu'on est en dépression. »

De retour l'an prochain

L'organisateur du Salon Féminin Pluriel, Dany Lachance, s'est dit très satisfait des résultats obtenus par cette toute première édition. Sans avancer de chiffres, il soutient que les commentaires obtenus de la part de quelques-uns des 125 exposants sont au-delà des espérances.

« Plusieurs m'ont déjà confirmé leur présence pour l'année prochaine. Ils m'ont aussi souligné la qualité des visiteurs et ça, c'est très satisfaisant, parce que le coût d'entrée était un peu plus élevé que dans des salons habituels et les gens ont tout de même acheté des produits des exposants, explique-t-il. »

C'est donc dire que l'événement sera de retour l'an prochain. Cette fois, M. Lachance souhaite la participation financière de la Ville de Sherbrooke pour aider à la tenue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer