• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Des producteurs de lait en colère manifestent à la frontière américaine 

Des producteurs de lait en colère manifestent à la frontière américaine

Un cortège de tracteurs et d'agriculteurs armés de... (La Tribune, Jean-François gagnon)

Agrandir

Un cortège de tracteurs et d'agriculteurs armés de pancartes a tranquillement traversé le village de Stanstead, accompagné de policiers, jeudi midi.

La Tribune, Jean-François gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Stanstead) Un cortège de tracteurs et d'agriculteurs armés de pancartes a tranquillement traversé le village de Stanstead, accompagné de policiers, jeudi midi. Les participants à cette manifestation souhaitent que le nouveau gouvernement libéral fasse cesser l'importation massive de protéines liquides du lait au Canada, un problème complexe aux effets néanmoins inquiétants.

Marcel Blais, vice-président du syndicat des producteurs de... (La Tribune, Jean-François Gagnon) - image 1.0

Agrandir

Marcel Blais, vice-président du syndicat des producteurs de lait de l'Estrie

La Tribune, Jean-François Gagnon

Gérard Carbonneau... (La Tribune, Jean-François Gagnon) - image 1.1

Agrandir

Gérard Carbonneau

La Tribune, Jean-François Gagnon

La manifestation a été initiée par Trishia Walker, une productrice agricole du secteur de Saint-Georges-de-Windsor. Au nombre d'une cinquantaine environ, les participants s'étaient donné rendez-vous à l'aréna Pat-Burns. Ils ont ensuite pris la direction du poste de douane situé à l'extrémité sud de l'autoroute 55.

Une fois arrivés à proximité du poste de douane, les agriculteurs ont stationné leur tracteur en bordure de l'autoroute 55 et sont demeurés sur place pendant environ une heure. Ils ont scandé des slogans et brandi des pancartes pour dénoncer la situation.

Le problème n'est pas nouveau. Des entreprises de transformation alimentaire du Canada achètent à des prix avantageux des protéines du lait en provenance des États-Unis. Ce sous-produit est toutefois utilisé à la place du lait par les transformateurs, ce qui contreviendrait aux règles existantes.

Selon les agriculteurs présents à la manifestation de jeudi, le temps presse dans ce dossier, car les revenus des producteurs laitiers du Québec seraient en nette diminution en ce moment.

« Les fermes de taille moyenne perdent environ 1000 $ par semaine à cause de ce problème, note Trishia Walker. On a attendu l'arrivée en poste du nouveau gouvernement avant de tenir cette manifestation. On connaît la place de la bureaucratie, mais on espère que d'ici 100 jours le gouvernement aura agi dans ce dossier. »

« On dit au gouvernement de réitérer son engagement par rapport à cette problématique. Il a affirmé en campagne électorale qu'il nous aiderait à freiner l'arrivée de protéines liquides dans le marché canadien », a pour sa part souligné Marcel Blais, vice-président du syndicat des producteurs de lait de l'Estrie.

M. Blais affirme que les effets de la problématique sont « exponentiels ». Il déplore que ce soit en les producteurs laitiers qui « paient la note tout seuls ».

« Si ça continue, c'est la vente de notre ferme qui nous attend, lance Charles Breault, copropriétaire d'une importante exploitation agricole dans le secteur de Compton. Même les banquiers commencent à être stressés en voyant la situation de certains agriculteurs. Une entreprise qui ne fait pas d'argent ne peut pas continuer longtemps. »

Ayant récemment cédé la ferme familiale à son fils, Gérard Carbonneau reconnaît que le contexte est particulièrement difficile pour les jeunes agriculteurs. « La gestion de la ferme est encore plus compliquée », note-t-il.

Bibeau répond

Tout juste assermentée en tant que ministre de la Francophonie du Canada, la députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, assure qu'elle a toujours l'intention de déployer des efforts pour aider les producteurs laitiers à traverser la crise à laquelle ils font face.

« Je me suis engagée à suivre le dossier et je vais tenir parole, lance-t-elle. Avec l'aéroport et l'observatoire du mont Mégantic, c'est une de mes priorités. Il faudra par contre nous donner du temps. »

Marie-Claude Bibeau confie avoir déjà parlé du dossier avec deux nouveaux ministres directement concernés par celui-ci. « On travaillera de façon transparente et responsable », promet-elle.

Charles Breault... (La Tribune, Jean-François Gagnon) - image 2.0

Agrandir

Charles Breault

La Tribune, Jean-François Gagnon

Une façon de contourner les règles

À cause du système de la gestion de l'offre qui existe au Canada, seules de petites quantités de lait américain peuvent habituellement pénétrer sur le marché canadien. Les producteurs américains semblent toutefois avoir trouvé un bon moyen pour contourner les règles en vigueur.

Les produits protéiniques concentrés ne sont pas considérés comme du lait par les services frontaliers lorsqu'ils entrent au Canada. Dans leurs usines, les producteurs de fromage et de yogourt canadiens les utilisent néanmoins de la même façon qu'ils emploieraient du lait.

« Le problème, c'est que la nomenclature du produit change une fois qu'il est rendu au Canada. Ils jouent sur les mots. Il y a trois ministères impliqués dans ce dossier au Canada et c'est de là que vient le problème », soutient Marcel Blais, vice-président du syndicat des producteurs de lait de l'Estrie.

Des acteurs de l'industrie auraient commencé à exploiter la brèche existant dans la réglementation au cours des toutes dernières années. Le problème aurait pris de l'ampleur ces derniers mois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer