Marie-Claude Bibeau: «Une journée au-delà du réel»

Émouvante et impressionnante. Voilà, en deux mots, comment... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Émouvante et impressionnante. Voilà, en deux mots, comment Marie-Claude Bibeau dit avoir vécu la journée de mercredi, au cours de laquelle la députée de Compton-Stanstead est devenue officiellement ministre du Développement international et de la Francophonie au sein du gouvernement dirigé par Justin Trudeau.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) Émouvante et impressionnante. Voilà, en deux mots, comment Marie-Claude Bibeau dit avoir vécu la journée de mercredi, au cours de laquelle la députée de Compton-Stanstead est devenue officiellement ministre du Développement international et de la Francophonie au sein du gouvernement dirigé par Justin Trudeau. Une nomination qu'elle reçoit comme un honneur... qu'elle n'attendait pas de sitôt.

« C'est une journée au-delà du réel, a-t-elle exprimé quelques minutes après avoir assisté durant tout l'après-midi à sa toute première réunion du conseil des ministres. C'est beaucoup d'émotion en même temps, mais c'est surtout un honneur inespéré... du moins aussi rapidement », a-t-elle ajouté en se disant reconnaissante de la confiance que lui témoigne Justin Trudeau en lui confiant de telles responsabilités.

Outre son conjoint, Bernard Sévigny, la nouvelle ministre pouvait aussi compter sur la présence de ses parents lors de la cérémonie d'assermentation qui s'est déroulée à Rideau Hall.

Celle dont le nom circulait déjà depuis quelques jours parmi les candidats pressentis au conseil des ministres dit avoir appris vendredi matin de la bouche de M. Trudeau qu'elle avait été choisie pour assumer des fonctions ministérielles à l'échelle internationale.

« En fait, tout a commencé mercredi soir dernier, dit-elle, alors qu'elle et son conjoint, le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny, assistaient au match entre les Sénateurs d'Ottawa et les Flames de Calgary, au centre Canadian Tire d'Ottawa.

« Pendant la période de prolongation, dit-elle, j'ai reçu un appel d'un membre du comité de transition qui souhaitait me rencontrer et prendre un café avec moi le lendemain matin. L'entrevue s'est très bien déroulée. Puis, j'ai été convoquée à nouveau en après-midi, cette fois pour qu'on puisse vérifier mon passé, voir si je n'avais pas des squelettes dans le placard, comme on dit, et pour remplir des formulaires. »

Le lendemain matin, on la reconvoque de nouveau, cette fois en lui demandant de se rendre directement au bureau du premier ministre. « Je suis arrivée dans le bureau et M. Trudeau m'a accueillie. On a sympathisé quelques instants, puis il m'a regardé directement dans les yeux en me disant : ''Marie-Claude, je veux que tu deviennes ma ministre du Développement international et de la Francophonie'' ».

Tout s'est passé tellement rapidement, dit-elle, qu'elle n'a pas eu le temps de penser qu'il s'agissait somme toute d'un ministère ''logique'' puisqu'elle a déjà oeuvré comme chargée de projet auprès de l'Agence canadienne de développement international (ACDI).

« Étant donné que j'avais déjà travaillé en tourisme, j'aurais peut-être été moins surprise si on m'avait donné ce ministère. Mais à bien y penser, c'est vrai que le Développement international fait aussi partie de mes champs de compétences. »

Des compétences que Marie-Claude Bibeau pourra partager au sein d'un conseil des ministres composé de 15 hommes et 15 femmes de différents horizons qui ont obtenu des postes dans le premier cabinet paritaire de l'histoire canadienne.

Garneau et Lac-Mégantic

Par ailleurs, l'ancien astronaute Marc Garneau a été choisi pour piloter le dossier des Transports. Ce sera à lui de gérer l'épineux dossier du transport de carburant par rails. Il devra répondre aux demandes des municipalités, Lac-Mégantic en tête, qui réclame qu'une voie de contournement soit construite pour éviter que les chargements dangereux traversent le coeur de la ville.

Notes biographiques

Née le 4 avril 1970 (45 ans)

Mère d'un garçon, Mathieu (16 ans)

Conjointe de Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke

Diplômée de l'Université de Sherbrooke en Économique (baccalauréat) et en Gestion de l'environnement (diplôme de 2e cycle)

A agi à titre de gestionnaire de projets internationaux pendant une dizaine d'année

à l'Agence canadienne de développement international (ACDI)

Était, jusqu'à son élection, directrice générale du Musée de la nature et des sciences

de Sherbrooke

Copropriétaire du camping de Compton

Directrice de l'accréditation aux Jeux d'été du Canada 2013

A été consultante auprès de la Chambre de commerce de la région de Coaticook

et du Centre local de développement de la MRC de Coaticook

A été directrice adjointe, Sherbrooke Cité des rivières

A été directrice adjointe Entrepreneuriat Bénin, Sirtec-Groupe Secor

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer