La cotisation à la SDC du centre-ville sera modifiée

Le vice-président de l'Association des gens d'affaires du... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Le vice-président de l'Association des gens d'affaires du centre-ville, Philippe Dusseault, a cherché à rassurer France Croteau, coordonnatrice du Regroupement des usagers du transport adapté du Sherbrooke métropolitain au sujet de la cotisation qui sera imposée aux OBNL pour devenir membres de la SDC du centre-ville.

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les instigateurs de la future Société de développement commerciale du centre-ville ont écouté les inquiétudes des professionnels et des organismes à but non lucratif (OBNL) de leur secteur et ont convenu de réviser la cotisation au regroupement. La nouvelle grille de cotisation a été adoptée lundi au conseil municipal. La porte n'est toutefois pas fermée à de nouveaux aménagements pour satisfaire toutes les parties impliquées.

Rappelons que la cotisation à la SDC avait été fixée à 300 $ pour les 511 établissements d'entreprise concernés qui deviendront automatiquement membres si l'organisation voit le jour.

« Des gens nous ont fait part de leurs questions, principalement les travailleurs autonomes et les OBNL. Nous avons réalisé plusieurs scénarios et avons décidé de mélanger le concept de cotisation au pied carré et de fixer un plafond à 300 $. Ça fait en sorte que 90 % des professionnels payeront maintenant 100 $. Les OBNL ne peuvent être exclus et nous ne pouvons pas descendre leur cotisation à 0 $, alors nous avons descendu leur part à 50 $ », explique Jean-François Bédard, président de l'Association des gens d'affaires du centre-ville.

Selon la nouvelle grille, ceux logeant dans un espace de 500 pieds carrés et moins payeront 100 $, contre 200 $ pour ceux occupant une superficie de 500 à 1000 pieds carrés. « Il y a un impact sur notre budget, mais ça nous convient encore. Nous ne pouvons toutefois pas descendre plus bas, sinon ça crée une coquille vide. »

Obligation

Au conseil municipal, la coordonnatrice du Regroupement des usagers du transport adapté du Sherbrooke métropolitain, France Croteau, a voulu savoir si l'adhésion à la SDC était obligatoire. « Ce qui nous chicote, c'est l'obligation de faire partie de cet organisme-là. Devrons-nous signer le registre si c'est le seul moyen de nous opposer à cette obligation? Ce serait triste, parce qu'on veut que le centre-ville se développe. »

L'adhésion est effectivement obligatoire, a confirmé la greffière Isabelle Sauvé. Le vice-président de l'Association des gens d'affaires, Philippe Dusseault, était présent et a suggéré une nouvelle forme de compromis. « Ce qu'on comprend, c'est que les gens les plus réfractaires à la création d'une SDC sont les OBNL. Deux autres organismes qui n'ont aucune activité commerciale sont venus nous voir. Selon notre liste, ils seraient 42 dans cette situation. Il y avait déjà 50 personnes membres de notre association qui payaient 500 $ par année sur une base volontaire. Ils payeront maintenant 300 $. Ces gens-là seraient d'accord de parrainer un OBNL et de payer leur cotisation de 50 $. Nous prendrons une décision demain (mardi). »

Rappelons qu'une rencontre d'information aura lieu au 178 rue Wellington Nord, bureau 100, de 13 h à 16 h le 4 novembre pour toutes les personnes concernées ayant des questions. La tenue d'un registre, pour les opposants, est fixée au 10 novembre à l'hôtel de ville entre 9 h et 19 h.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer