Le laboratoire de simulation clinique est ouvert

Le doyen de la faculté de médecine et... (La Tribune, archives)

Agrandir

Le doyen de la faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS) Pierre Cossette explique que le laboratoire «est ouvert, mais il n'est pas inauguré. On attend toujours un financement (de Québec). On l'a mis en opération pour certains de nos programmes ».

La Tribune, archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Même s'il n'a pas encore été inauguré officiellement, le laboratoire de simulation clinique (LSC) de la faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke et du CIUSSS de l'Estrie-CHUS est maintenant en fonction.

« Il est ouvert, mais il n'est pas inauguré. On attend toujours un financement (de Québec). On l'a mis en opération pour certains de nos programmes », commente le doyen de la faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS), Pierre Cossette, en citant le nouveau programme de soins infirmiers offert par l'UdeS.

C'est la même chose pour le laboratoire construit à Longueuil, en attente d'une inauguration officielle. On attend le feu vert de Québec pour le financement et pour terminer l'achat d'équipement. Le scénario initial comptait trois phases: Fleurimont, l'Hôtel-Dieu et Longueuil.

L'implantation prévue à l'hôpital Hôtel-Dieu a toutefois été mise sur la glace en raison du contexte budgétaire.

Avec les compressions, les deux partenaires ont dû revoir à la baisse l'ampleur du projet. Les coûts étaient initialement évalués à quelque 13 millions $.

À l'hôpital Fleurimont, l'installation n'est pas encore complètement prête. Celle-ci est construite environ aux deux tiers et meublée à environ 50 %, évalue sommairement le doyen. « L'argent va permettre d'achever la construction, mais surtout, d'acheter tout l'équipement. »

Le laboratoire permet par exemple de recréer une salle d'opération ou l'environnement des soins intensifs, pour simuler l'apprentissage de certaines techniques de base nécessaires à certains professionnels.

Le projet est de l'ordre de 11 M$; des campagnes de financement ont permis d'amasser environ 6 M$, selon Dr Cossette.

Le LSC vise la formation des étudiants, mais aussi de professionnels de la santé et l'amélioration de la qualité des soins. Il recrée des milieux de travail et permet de faire vivre aux étudiants et aux travailleurs des simulations de haute fidélité.

Les deux responsables du LSC offrent déjà de la formation clinique, mais le LSC doit permettre de bonifier l'apprentissage. Le Cégep de Sherbrooke a pour sa part mis sur pied le CEREFS, un centre de recherche et de formation par simulation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer