Liberté de l'esprit: le prix Sakharov décerné à Raif Badawi

Raïf Badawi... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Raïf Badawi

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
BRUXELLES

Le blogueur Raif Badawi, de l'Arabie saoudite, est le récipiendaire du prix Sakharov pour la liberté de l'esprit pour l'année 2015.

Ensaf Haidar... (Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau) - image 1.0

Agrandir

Ensaf Haidar

Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau

M. Badawi, dont l'épouse et les trois enfants sont réfugiés à Sherbrooke, au Québec, a été condamné à une peine de 10 ans d'emprisonnement dans son pays de même qu'à 1000 coups de fouet; 50 d'entre eux lui ont déjà été assénés, il y a plusieurs mois.

Il a été condamné pour avoir critiqué l'islam et les autorités saoudiennes.

Le prix Sakharov a été nommé en 1988 par le Parlement européen en l'honneur du scientifique et dissident de l'ex-Union soviétique Andreï Sakharov. Le prix honore les personnes ou les organisations qui ont consacré leur existence à la défense des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

Le président du Parlement, Martin Schulz, explique que le lauréat de cette année est récompensé pour sa lutte pour le droit à la liberté d'expression. M. Schulz exhorte le roi d'Arabie saoudite à faire libérer Raif Badawi afin qu'il puisse accepter le prix.

Il y a quelques jours, Ensah Haidar, l'épouse de Raif Badawi, disait s'attendre à ce qu'il doive écoper d'une deuxième série de coups de fouet bientôt. Elle a écrit sur le site de la Fondation Raif Badawi que les autorités saoudiennes avaient donné le feu vert pour que la peine de 1000 coups de fouet de son mari continue d'être exécutée.

Le mouvement d'opposition politique du Vénézuéla Mesa de la Unidad Democratica de même que l'opposant russe Boris Nemtsov, dans son cas à titre posthume, étaient aussi en nomination pour le prix Sakharov de cette année.

Parmi les récipiendaires précédents figurent le héros et ex-président sud-africain Nelson Mandela, la dissidente birmane Aung San Suu Kyi et la jeune Pakistanaise Malala Yousafzai.

«C'est un honneur pour Raif»

« C'est un honneur pour nous et particulièrement pour Raif de recevoir cette prestigieuse reconnaissance aux côtés des récipendaires précédents et je remercie les amis, les supporteurs et le président du Parlement européen, Martin Schulz, ainsi que les parlementaires qui ont appuyé cette décision. 

« Raif serait très heureux de constater à quel point son combat est partagé par tant de personnes dans le monde, et ce prix en est une preuve supplémentaire », a commenté sa conjointe par voie de communiqué, Ensaf Haidar.

L'annonce du prix survient alors qu'Ensaf Haidar a fait savoir, cette semaine, qu'une source l'a informée que les autorités saoudiennes avaient donné leur feu vert à la reprise des châtiments corporels envers son mari.

C'est cette même source qui l'avait prévenue, en janvier dernier, que son mari allait subir une première séance de coups de fouet.

Amnistie internationale organise une action, ce lundi, au cours de laquelle les sympathisants de Raif Badawi iront déposer plus de 30 000 cartes de voeux destinés au prisonnier d'opinion à l'ambassade d'Arabie saoudite à Ottawa.

Après l'arrêt à l'ambassade, ils poursuivront à pied vers le bureau du premier ministre Justin Trudeau, « afin de lui rappeler que des milliers de personnes demandent que le Canada en en fasse plus pour la libération de Raif Badawi. »

 - Avec Isabelle Pion

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer