Un conducteur perd la vie à Drummondville

Un septuagénaire est décédé après avoir été éjecté... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Un septuagénaire est décédé après avoir été éjecté de son véhicule lors d'une sortie de route à Drummondville.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) Un septuagénaire est décédé à la suite d'un accident survenu mercredi en fin de journée, à l'angle de la rue Bibeau et du rang Sainte-Anne à Drummondville, secteur Saint-Charles.

Pour une raison qui n'a pas encore été déterminée, le conducteur, qui était seul à bord de son véhicule, a perdu la maîtrise de son automobile et a effectué une violente sortie de route. Le véhicule Chevrolet de couleur grise a terminé sa course dans un fossé. Sous la force de l'impact, le septuagénaire, qui ne portait pas de ceinture de sécurité, a été éjecté de sa voiture. Cela lui a infligé de graves blessures.

« Il a été conduit d'urgence au centre hospitalier où son état a été considéré comme extrêmement critique », a confié le sergent Claude Denis de la Sûreté du Québec. L'homme a finalement succombé à ses blessures.

La SQ a dépêché un expert en scène d'accident afin de faire la lumière sur les causes de la sortie de route. Selon des témoins, des pneus en mauvaise condition et une chaussée mouillée pourraient avoir joué un rôle dans la perte de contrôle.

Un policier menacé de mort à Magog

Un jeune homme a aggravé son cas quand il a menacé un policier de Magog alors que se déroulait chez lui une perquisition en matière de stupéfiant.

Mardi après-midi, les agents de la Régie de police de Memphrémagog (RPM) sont débarqués dans une maison de chambres de la rue Principale Est.

Après une enquête qui a duré quelques semaines à la suite d'informations reçues du public, les enquêteurs de la RPM avaient obtenu un mandat de perquisition visant cet endroit.

L'un des locataires, un homme de 18 ans de Magog, a été arrêté par les enquêteurs pour trafic de stupéfiants et possession dans le but d'en faire le trafic.

La RPM avait des raisons de croire que le suspect s'adonnait à la vente de drogue principalement à des jeunes adultes et parfois à des mineurs, mentionne Sylvain Guay, lieutenant de la gendarmerie.

Les résultats de la perquisition se résument à une quarantaine de comprimés de fabrication artisanale ainsi qu'une douzaine de grammes de cannabis accompagné d'une balance, énumère-t-il dans un communiqué.

Lors de son arrestation, le suspect a menacé de mort l'un des policiers. Il doit maintenant faire face à la justice pour répondre de ses gestes et ses paroles.

Joël Poliquin coupable de supposition de personne

Déjà condamné à dix mois de prison à être purgées dans la collectivité pour avoir eu des contacts sexuels avec une mineure alors qu'il se trouvait en position d'autorité, l'ancien directeur général adjoint de la polyvalente La Samare (à Plessisville), Joël Poliquin, vient d'être reconnu coupable d'un autre acte criminel. Cette fois, il a reconnu s'être fait passer pour quelqu'un d'autre et avoir brisé un engagement.

Selon ce qui a été mis en preuve, l'homme de 48 ans aurait créé un compte Facebook au nom d'une présumée victime afin de se moquer d'elle. Vu la faible gravité du geste, la Couronne et la défense ont suggéré au juge Jacques Lacoursière qu'il prononce un sursis de sentence et qu'on lui impose une probation de deux ans. L'accusé devra également faire un don de 500 $ aux victimes d'actes criminels.

Rappelons que Poliquin a été accusé de contacts sexuels par deux plaignantes distinctes. Il a été acquitté dans un premier temps avant de finalement être déclaré coupable en avril. La deuxième plaignante avait indiqué ne pas être une victime, elle a affirmé avoir passé du bon temps avec son enseignant alors qu'elle fréquentait la polyvalente Monique-Proulx, au cours de l'année scolaire 1997-98. Elle était alors en concentration musique, en cinquième secondaire. Incidemment, elle a indiqué ne pas garder de séquelle de cette relation illicite.

Ce plaidoyer de culpabilité met fin aux démêlés de l'ancien enseignant devant la justice.

Avec Claude Plante

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer