Un appel à tous pour la création de la SDC du centre-ville

Le président de l'Association des gens d'affaires du... (La Tribune, archives)

Agrandir

Le président de l'Association des gens d'affaires du centre-ville, Jean-François Bédard

La Tribune, archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les commerçants et les professionnels du centre-ville disposeront de deux séances d'information pour répondre à toutes les questions concernant la création d'une Société de développement commercial du centre-ville. Ces séances se tiendront les 2 et 4 novembre, alors que l'ouverture d'un registre pour les opposants au projet est prévue le 10 novembre.

Le président de l'Association des gens d'affaires du centre-ville, Jean-François Bédard, sera présent aux séances d'information en compagnie de son vice-président, Philippe Dusseault. « C'est un appel à tous. Peu importe la nature de la question, les gens peuvent venir la poser. Nous invitons ceux qui ont des craintes à venir nous en faire part pour que nous trouvions une solution », avance M. Bédard.

Les rencontres auront lieu au 178 rue Wellington Nord, bureau 100, de 8 h à 11 h le 2 novembre, et de 13 h à 16 h le 4 novembre.

« Ce n'est pas la même chose que l'ancienne SDC. Les gens ont été échaudés, mais nous serons très proactifs. Ce n'est pas paramunicipal non plus. Ce sont vraiment des gens du centre-ville qui souhaitent développer leur milieu de vie. Nous avons fixé la cotisation à 300 $ pour tout le monde, car nous croyons que c'est juste et équitable pour toutes les organisations participantes. Ça représente un gros 25 $ par mois pour les membres. Dans l'ancien format de la SDC King-Wellington, la cotisation moyenne dépassait les 500 $ par année et pouvait représenter jusqu'à 5000 $ pour certaines entreprises », précise M. Bédard.

Certains organismes à but non lucratif s'inquiètent toutefois du montant de cette cotisation obligatoire. « Nous sommes ouverts à faire des changements dans le montant demandé en cotisation, autant pour les professionnels que les OBNL. Nous avions contacté quelques professionnels pour savoir ce qu'ils pensaient du montant de 300 $ et ils nous disaient que ce n'était pas grand-chose dans la mesure où des réalisations sont prévues. »

Jean-François Bédard est convaincu qu'après la première année d'existence de la SDC, les commerçants du centre-ville pourront prendre la mesure de tous les accomplissements de l'organisation et de la valeur de leur cotisation. « Dès la première année, nous prouverons aux indécis que le montant de cotisation ne représente pas une dépense, mais un investissement pour leur organisation. »

Parmi les projets de la future SDC, celui d'étendre le programme d'aide à la rénovation des façades de la Ville de Sherbrooke, effectif pour les rues Wellington et King. La rue Alexandre serait notamment visée. « Nous ne faisons pas une SDC pour le coin King-Wellington. Nous voulons représenter l'ensemble du centre-ville. Avec le plan du centre-ville 2020, il y a des dossiers importants qui se joueront et il faut que les commerçants aient une voix là-dedans. »

Parmi les autres dossiers traités se trouve celui de la mise en place d'une application mobile pour payer le stationnement au centre-ville et celui de l'éclairage dans les stationnements à étage.

À noter que le registre pour ceux qui souhaitent s'opposer au projet sera ouvert le 10 novembre à l'hôtel de ville, entre 9 h et 19 h. Un total de 62 signatures sont nécessaires pour provoquer la tenue d'un référendum. Ce sont 511 établissements d'entreprises qui sont concernés.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer