La C.S. des Sommets impose une journée de reprise

Le directeur général de la Commission scolaire des... (La Tribune, archives)

Agrandir

Le directeur général de la Commission scolaire des Sommets, Christian Provencher

La Tribune, archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La décision de la Commission scolaire des Sommets (CSS) de reprendre les cours en février pour la tenue de la première journée de grève mercredi est décriée par des enseignants et le Syndicat de l'enseignement de l'Estrie (SEE). Jusqu'ici, la CSS est la seule commission scolaire dans la région à avoir fait savoir que les cours seront repris.

Des enseignants de l'école secondaire l'Odyssée, à Valcourt, ont envoyé une lettre au directeur général Christian Provencher.

« Utiliser les journées de force majeure prévues à notre calendrier pour reprendre les journées de grève nous offusque, pour ne pas dire nous irrite fortement. En fait, nous avons l'impression, pour reprendre une expression sportive, de ''nous faire enlever le bâton des mains'' », font valoir les enseignants dans la missive. Le SEE a également fait des représentations auprès de la direction, mais la décision de reprendre les cours le 19 février est demeurée la même, indique Daniel Jobin, responsable des communications au SEE.

À la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS), on a déjà fait savoir qu'on ne pensait pas reprendre la journée de mercredi.

Le SEE compte entreprendre « des moyens de pression supplémentaires » afin de contester la décision de l'organisation. Le SEE ne peut cependant pas prendre de recours particulier envers la CSS, puisque la décision est laissée à la discrétion des commissions scolaires, note M. Jobin.

« On est allé, dans un premier temps, sur une base historique. En 2005, on avait utilisé trois journées de reprise pour trois journées de grève », explique le directeur général de la CSS, Christian Provencher. « On avait fait ça en 2005. Ce n'est pas une nouveauté en soi, on s'est posé la question, on a regardé tout ce qu'on devait vérifier légalement parlant. Ce qui nous guidait aussi, c'est le temps d'enseignement consacré aux élèves... »

Il y avait eu plus de trois journées de grève en 2005 (sans compter les tempêtes de neige), mais elles n'avaient pas été toutes reprises, puisque trois jours de reprises avaient été utilisés.

Et pour la suite des choses? Cinq autres journées de débrayage sont prévues par le front commun, les 12 et 13 novembre, de même que du 1er au 3 décembre.

« On verra s'il y a d'autres journées de grève. Comme tout le monde, je souhaite un règlement », commente M. Provencher. Il souligne que la journée de mercredi « s'est particulièrement bien passée ». « Les gens ont été très respectueux. »

Par ailleurs, les élèves de l'école primaire Notre-Dame-des-Érables à Sainte-Anne-de-la-Rochelle pourront retourner dans leur école après les vacances de Noël, selon M. Provencher. En raison des travaux qui se sont étirés pendant la période estivale, les quelque 78 enfants ont dû être déplacés temporairement à l'école la Chanterelle de Valcourt à la rentrée scolaire. « Il y a eu des complications qui font que ça retarde », observe M. Provencher. Le déménagement pourrait avoir lieu juste avant les vacances de Noël, de sorte que les enfants pourraient retourner dans leur établissement au retour des Fêtes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer