• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Les révélations de Boulanger n'inquiètent pas l'avocat de John Coates 

Les révélations de Boulanger n'inquiètent pas l'avocat de John Coates

John Coates... (La Presse, Patrick Sanfaçon)

Agrandir

John Coates

La Presse, Patrick Sanfaçon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les informations révélées par le délateur Sylvain Boulanger au cours des derniers jours n'inquiètent pas l'avocat de John Coates.

Coates, qui est relié aux Hells Angels de Sherbrooke sans en avoir été membre, est l'un des derniers individus à faire toujours l'objet d'accusation dans le cadre du procès SharQC. Son procès devant jury doit commencer en 2017 au Centre judiciaire Gouin à Montréal.

Son avocat Me Thomas Walsh explique que rien dans la preuve que pourrait révéler Sylvain Boulanger ne peut lier son client à l'accusation de complot pour meurtre.

« John Coates n'a jamais été membre en règle des Hells Angels. Il n'a jamais obtenu ses patchs. Il n'a jamais eu le droit de vote ni pour la guerre ni pour le 10 pour cent. Mon client n'était pas là pour les votes de guerre, l'achat d'arme, les décisions de stratégie ou l'achat de véhicules qui pourraient y être reliés. Il n'a rien à voir avec ça », explique Me Walsh.

L'avocat de la défense attend un appel du procureur aux poursuites criminelles et pénales pour connaître la suite des choses dans le dossier de son client.

« Je laisse encore deux semaines à la Couronne pour me contacter. Sinon, je vais demander au juge coordonnateur de tirer au clair la situation de mon client. Rien dans la preuve ne permet d'intégrer mon client au complot pour meurtre. Les accusations qui pèsent encore contre mon client sont un reliquat des accusations de trafic de stupéfiants qui ont déjà été abandonnées. La décision de mettre fin aux procédures contre John Coates doit être prise rapidement », estime Me Walsh.

Ce dernier estime que l'arrêt des procédures dans le procès principal dans SharQc aidera la cause de son client.

« La crédibilité du témoin Boulanger a été remise en question et celle de la couronne aussi. La thèse de la Couronne se tient sur papier, mais pas dans les faits », estime Me Thomas Walsh.

John Coates doit, en principe, subir son procès en anglais en janvier 2017 en compagnie de Robert Bonomo.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer