Tourisme Cantons-de-l'Est applaudit le nouveau plan de Québec

La direction de Tourisme Cantons-de-l'Est (TCE) a accueilli avec enthousiasme... (Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La direction de Tourisme Cantons-de-l'Est (TCE) a accueilli avec enthousiasme l'annonce, mardi à Québec, de la ministre du Tourisme, Dominique Vien, d'un nouveau plan en matière de promotion touristique à l'internationale.

Alain Larouche... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Alain Larouche

Archives La Tribune

Un «organisme associatif externe» sera chargé de la mise en marché de la «destination touristique Québec» à l'étranger. L'Alliance de l'industrie touristique du Québec bénéficiera d'un budget de 30 millions $. De cette enveloppe, 13 millions $ viendront du ministère du Tourisme, 10 millions $ des associations touristiques régionales et «un minimum» de sept millions $ du milieu.

«Nous l'attendions maintenant depuis plus d'un an. C'est pas mal comme nous le demandions. C'est très positif», assure Alain Larouche, directeur général de TCE.

«Le gouvernement s'engage à trouver les fonds. Notre travail sera de voir à ce que ça ne se perde pas en chemin d'ici le prochain budget.»

Lors des Assises du tourisme 2015, à Québec, la ministre Vien a dévoilé le «nouveau modèle d'affaires et de gouvernance du tourisme au Québec», devant les représentants et entrepreneurs de l'industrie. Le nouvel organisme associatif externe, l'Alliance de l'industrie touristique du Québec, obtiendrait notamment son financement public des revenus de la taxe d'hébergement, qui sera uniformisée à 3,5 pour cent partout au Québec, si le projet de loi 67 est adopté.

Actuellement, cette taxe varie d'une région à l'autre: de 3,5 pour cent dans la région montréalaise à 3,0 pour cent en Gaspésie et 2,0 pour cent à Laval, par exemple. Le gouvernement compterait tirer de cette harmonisation environ 10 millions $ supplémentaires. De plus, les particuliers qui louent sur une base régulière à des touristes une chambre de leur maison ou leur condo devraient dorénavant percevoir la taxe d'hébergement, comme on l'apprenait récemment.

«On va pouvoir ainsi moderniser la loi sur l'hébergement à l'aire des sites comme Airbnb, ajoute M. Larouche. Il fallait qu'elle soit adaptée à cette nouvelle réalité. C'est un projet de loi qui permet de clarifier des zones grises. »

«De plus, le gouvernement promet de trouver des fonds pour des régions comme la nôtre, où on trouve du tourisme d'hiver, de nature et de culture.»

Selon le cabinet de la ministre Vien, l'enveloppe totale pour la promotion touristique du Québec sur le plan international passerait de 13 à 30 millions $, soit une augmentation de 130 pour cent. L'Alliance de l'industrie touristique du Québec serait alors la seule à proposer «l'unique stratégie de marketing pluriannuelle de la destination», accompagnée d'un plan annuel d'activités. L'organisme aurait également le mandat de coordonner l'ensemble des activités de promotion et de mise en marché de la destination québécoise sur les marchés hors Québec et d'en mesurer les retombées.

Ce nouveau modèle constitue une mise à jour du Plan de développement de l'industrie touristique 2012-2020.

«La promotion sera plus efficace avec un souci de l'imputabilité.»


Tourisme Cantons-de-l'Est continuera à faire de la promotion ailleurs au Québec et dans les régions ontarienne et de la Nouvelle-Angleterre, note M. Larouche. La nouvelle Alliance sera chargée de la promotion sur les fronts plus éloignés comme New York et la Californie.

«La promotion sera plus efficace avec un souci de l'imputabilité, précise-t-il. Elle sera mieux coordonnée à l'étranger.»

«Paravent de la nouveauté»

Pour sa part, le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) dénonce ce nouveau modèle de gouvernance de Tourisme Québec. «En se cachant derrière le paravent de la nouveauté, le gouvernement ne fait que continuer sa mission de destruction de l'État québécois en privatisant les services publics», dénonce la SPGQ dans un communiqué de presse. 

«Avec le dépôt du projet de loi 67 sur l'encadrement de l'hébergement touristique, la ministre du Tourisme, Dominique Vien, entreprenait également le processus de privatisation de Tourisme Québec. Une fois le projet de loi adopté, l'Alliance de l'industrie touristique du Québec (AITQ) sera créée. Cet organisme gérera, à même les fonds publics, les initiatives promotionnelles de la destination touristique québécoise. Le gouvernement contourne ainsi ses propres règles en matière de gestion contractuelle en octroyant, sans appel d'offres, le budget de promotion du ministère du Tourisme au secteur privé.»

 - Avec La Presse Cannadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer