Quand les patrons du CIUSSSE-CHUS déménagent

Le directeur des services techniques du CIUSSS de... (IMACOM, JESSICA GARNEAU)

Agrandir

Le directeur des services techniques du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, Jean Ferland, prévoit que des économies récurrentes de 1 M $ par année découleront des choix d'occupation des différents sites. La décision d'investir pour déplacer la direction générale dans l'édifice Norton du pavillon Argyll s'inscrit dans cette logique globale.

IMACOM, JESSICA GARNEAU

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

(SHERBROOKE) Chronique / Abordons la question de front, sans long préambule: au moment où l'on coupe dans tous les services, était-il vraiment indispensable d'investir à grands frais pour que la direction générale du CIUSSS de l'Estrie-CHUS change d'adresse?

«C'est un bon placement puisque cette délocalisation est à la base d'autres changements profitables pour l'organisation», justifie sans hésiter le directeur des services techniques, Jean Ferland.

Les bureaux de l'agence régionale qui chapeautait auparavant le réseau estrien de la santé étaient situés dans le complexe Saint-Vincent-de-Paul. La PDG de la nouvelle entité administrative, Patricia Gauthier, ainsi que sa garde rapprochée se retrouveront dans l'édifice Norton du pavillon Argyll.

Le déplacement de ces cadres supérieurs ainsi que la conversion de salles de réunion libéreront à Saint-Vincent l'espace nécessaire pour installer tous les membres du service informatique sous le même toit. Ce complexe appartient au réseau tandis que les services informatiques occupent actuellement des locaux plus ou moins appropriés dans l'ancien bureau de chômage de la rue Olivier. L'institution réduira donc ainsi ses coûts de loyer.

«Nous sommes à l'affût des opportunités que nos prédécesseurs n'avaient pas nécessairement pour réduire les frais locatifs. Notre vision est régionale, elle ne se limite plus à une installation ou à une mission sur le territoire d'une MRC», explique M. Ferland.

Le personnel du CIUSSS de l'Estrie-CHUS est présentement réparti dans une centaine d'établissements. De ce nombre, 40 pour cent sont privés. Alors que les gestionnaires régionaux étaient auparavant libres de leurs choix, Québec doit maintenant donner son aval pour le renouvellement d'un bail.

«Le Ministère nous impose de maximiser l'utilisation des bâtiments publics. Globalement, nous allons injecter 250 000 $ pour économiser 1 M$ récurrents d'ici un an», affirme le directeur des services techniques.

Le nouveau conseil d'administration du CIUSS siègera à l'édifice Norton, dans la grande salle moderne qu'utilisaient auparavant les dirigeants de l'Institut de gériatrie.

«Le déménagement n'est pas une demande émanant de la direction générale. C'était une opportunité à saisir. Les installations convenaient et répondaient au désir de Mme Gauthier, qui ne voulait pas que l'administration s'isole. Elle tenait à ce que ses bureaux soient près d'une unité de soins, proches de la clientèle.»

Arrivée de la direction générale ou pas, une mise à niveau était nécessaire dans la partie plus vétuste de l'édifice Norton, fait valoir M. Ferland.

«Les travaux requis, qu'on pense à la mise aux normes d'un escalier ou le remplacement de portes, par exemple, avaient été identifiés avant la fusion. Ça dérange certaines personnes que l'installation de 27 portes coûte 40 000 $. Nous suivons des standards institutionnels, comme cela a été fait au complexe Saint-Vincent. Tôt ou tard, il aurait de toute façon fallu exécuter ces travaux.

«On va repeindre, changer certains revêtements de sol, mais la direction générale ne s'en va pas dans le luxe. Bien honnêtement, les bureaux actuels de notre PDG et de ses adjoints sont supérieurs à ceux qu'ils occuperont après le déménagement», soutient-il.

Le CIUSS de l'Estrie-CHUS mettra-t-il un jour en vente des bâtiments dont il est actuellement propriétaire?

«Non. Pas dans le grand Sherbrooke, du moins. En périphérie, ça pourrait arriver. La première étape est d'éliminer des baux. Nous comptons le faire également à Asbestos avec un retour sur l'investissement d'un an et demi. Même chose à Windsor, avec une projection sur un an.»

Les propriétaires d'immeubles locatifs des petites villes sont donc en voie de perdre un locataire recherché.

«Moi, j'ai à gérer des fonds publics avec la plus grande efficacité possible», répond à ce sujet M. Ferland.

La direction générale de l'organisation régionale doit emménager dans ses nouveaux locaux en décembre ou en janvier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer