• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Un projet-pilote sur l'éducation à la sexualité à la polyvalente Montignac 

Un projet-pilote sur l'éducation à la sexualité à la polyvalente Montignac

Une quinzaine d'écoles provenant tant du public que... (Archives La Tribune)

Agrandir

Une quinzaine d'écoles provenant tant du public que du privé ont été désignées pour ce projet-pilote en éducation sexuelle, qui doit durer deux ans.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'enseignement en éducation à la sexualité commencera après les Fêtes à la polyvalente Montignac de Lac-Mégantic, l'une des écoles retenues au Québec pour démarrer le projet-pilote d'éducation sexuelle.

Les cours ne débuteront que cet hiver, mais la préparation bat son plein, indique Isabelle Dagneau, directrice des services éducatifs complémentaires et de l'adaptation scolaire à la Commission scolaire des Hauts-Cantons (CSHC).

Deux membres de l'équipe, Geneviève Lalonde, une répondante d'École en santé du CSSS du Granit, et l'animateur de vie spirituelle et d'engagement communautaire (AVSEC) Patrick Saint-Jacques planchent actuellement sur la planification de la matière.

« Ils prennent connaissance de tout ça, ils voient quels enseignants vont prendre quel bout », explique-t-elle en ajoutant que différents intervenants pourraient aussi être mis à contribution, comme l'infirmière scolaire ou le psychologue.

« C'est bien important que le contenu soit maîtrisé et que les gens soient confortables », note Mme Dagneau.

Même si la formation en éducation sexuelle était disparue avec la formation personnelle et sociale (FPS), la matière était présentée sous une autre forme. « L'équipe travaillait depuis des années à offrir des ateliers pour l'éducation à la sexualité », souligne Mme Dagneau.

Québec a dévoilé récemment le contenu des apprentissages du projet-pilote.

Rappelons qu'une quinzaine d'écoles provenant tant du public que du privé ont été désignées pour ce projet-pilote en éducation sexuelle, qui doit durer deux ans. Au primaire, les élèves en apprendront davantage sur les parties du corps, les organes sexuels et leur fonction, tandis qu'au secondaire, les thèmes abordés toucheront entre autres l'orientation sexuelle, la contraception, les infections transmises sexuellement (ITS), etc.

Une rencontre a eu lieu à la fin septembre avec le ministère de l'Éducation, précise Mme Dagneau, qui était présente aux côtés de la directrice de Montignac Maryse Talbot.

Québec a annoncé que les demandes d'exemption au cours ne seraient pas acceptées. Selon Mme Dagneau, aucune demande n'a été adressée à la CSHC.

Des syndicats du milieu de l'enseignement de la province ont soulevé certaines questions jusqu'ici, notamment sur qui exactement enseignera le programme.

Portes ouvertes

Par ailleurs, en dépit des moyens de pression exercés par les enseignants, les portes ouvertes se tiendront samedi de 9 h 30 à midi à la polyvalente Louis-Saint-Laurent d'East Angus. Elles auront lieu mercredi entre 9 h et 14 h 30 à la Frontalière de Coaticook.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer