Vente de thermopompe: la sollicitation à domicile recommence

Le Service de police de Sherbrooke avise qu'aucun... (Archives La Presse)

Agrandir

Le Service de police de Sherbrooke avise qu'aucun permis de la Ville n'a été délivré à une entreprise de Montréal faisant actuellement du porte-à-porte dans la région.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les autorités mettent en garde la population contre des vendeurs itinérants qui vont de porte en porte sans permis pour vendre des systèmes de chauffage.

Le Service de police de Sherbrooke (SPS) avise qu'aucun permis de la Ville n'a été délivré à une entreprise de Montréal faisant actuellement du porte-à-porte dans la région.

«Le SPS demande aux gens de l'aviser si des vendeurs se présentent à leur domicile sans détenir un permis en bonne et due forme», mentionne-t-on.

«La sollicitation de porte-à-porte à des fins lucratives ou non est défendue sur le territoire de la ville de Sherbrooke à moins d'avoir demandé et obtenu, du bureau de la Division du revenu du Service des finances de la municipalité un permis ou une autorisation à cet effet.»

Un «conseiller»

L'Association coopérative d'économie familiale (ACEF) mentionne avoir été informée de la présence chez nous cet automne de vendeurs itinérants de thermopompes ou récupérateur thermique.

L'organisme signale qu'une Sherbrookoise a reçu la visite d'un homme qui s'est présenté à elle comme un «conseiller». Une fois à l'intérieur dans la maison, il a voulu vérifier l'entrée électrique pour calculer l'argent qui pourrait être économisé si la dame adhérait à son programme.

«Il nous a parlé de changements de réglementation très prochains pour les appareils de chauffage et de climatisation. Nous pourrions être «obligés» de les remplacer», selon le témoignage de la plaignante.

«Il dit être dans notre secteur pendant une semaine et propose une installation des nouveaux appareils 24 heures après la signature du contrat.»

Sylvie Bonin, coordonnatrice de l'ACEF, dénonce les arguments douteux et ces stratégies de vente sous pression. «L'installation du système dans les 24 heures semble être une nouvelle pratique à la mode chez les vendeurs itinérants, probablement pour que les consommateurs croient qu'ils ne peuvent plus annuler ».

Mme Bonin tient à informer les consommateurs que le délai de dix jours est valable même si le nouvel appareil est installé. «Pour annuler, il faut le faire dans les dix jours et suivre la procédure qui doit obligatoirement être indiquée clairement au contrat. Si le système est installé, il y a presque toujours un contrat de crédit qui est signé le jour même. Il faut l'annuler aussi et l'ACEF peut vous aider dans vos démarches.»

L'ACEF rencontre des consommateurs qui se retrouvent avec des factures variant entre 8000$ et 16 000$, incluant les frais d'installation et de crédit qui s'ajoutent. «De nombreuses compagnies vendent des produits nettement plus chers que leur valeur réelle, dont les économies d'énergie se révèlent beaucoup moins grandes que promises. Plusieurs de ces compagnies disparaissent après quelques années, laissant les consommateurs floués sans recours ou incapable de faire exécuter un jugement en leur faveur ».

«Pour acheter une thermopompe ou un système de chauffage plus efficace, il faut faire affaire avec un entrepreneur de la région, qui a pignon sur rue et une bonne réputation. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer