Le sénateur Boisvenu réfléchit à son avenir

À la suite de l'élection d'un gouvernement libéral... (Archives, La Tribune)

Agrandir

À la suite de l'élection d'un gouvernement libéral majoritaire, le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu entend faire une réflexion sur son avenir à la chambre haute au cours des prochains mois.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Nommé au Sénat par le premier ministre sortant, le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu entend faire une réflexion sur son avenir à la chambre haute au cours des prochains mois à la suite de l'élection d'un gouvernement libéral majoritaire.

Pierre-Hugues Boisvenu compte devenir le chien de garde des projets de loi adoptés par le gouvernement conservateur en matière de justice et de sécurité publique au fil des ans, mais aussi, et surtout, de la charte des droits des victimes.

« J'espère que Justin Trudeau ne mettra pas la hache dans ce qui a été construit par le Parti conservateur en matière de sécurité des familles et des enfants, ainsi que tout ce qui touche aux droits des victimes. Il ne doit pas toucher aux acquis en matière de défense des droits des victimes, ce serait une erreur fondamentale », mentionne M. Boisvenu.

Le sénateur sherbrookois attend de connaître les titulaires des ministères de la Justice de la Sécurité publique avant de pousser plus loin sa réflexion concernant son avenir au Sénat.

« Je veux rester au Sénat au moins quelques mois afin de connaître la personnalité de ces deux ministres. Je vais tenter d'établir un contact avec eux pour connaître leurs intentions en matière de droit des victimes. S'ils veulent les maintenir, je pourrais partir en paix. S'ils veulent cependant toucher à ces acquis, il est certain que je vais tenter de rallier mes collègues conservateurs au Sénat pour bloquer des amendements qui feraient reculer les droits des victimes », mentionne le sénateur Boisvenu, qui rappelle que le Parti conservateur conserve encore la majorité au Sénat.

Même si le parti qui l'a nommé se retrouve dans l'opposition, Pierre-Hugues Boisvenu entend continuer à travailler à deux projets au Sénat soit la prévention de la criminalité chez les jeunes et la question des peines en lien avec les problématiques de santé mentale.

« Il faut trouver des alternatives à l'emprisonnement pour les criminels qui souffrent de problèmes de santé mentale. Plus de 25 pour cent des gens qui se retrouvent en prison sont aux prises avec cette problématique. Je suis aussi inquiet des intentions de Justin Trudeau concernant la légalisation de la marijuana », indique le sénateur.

Pierre-Hugues Boisvenu considère qu'avec la démission de Stephen Harper comme chef du Parti conservateur, le Canada perd un grand leader « à qui le peuple ne pourra jamais reprocher de ne pas avoir livré ce qu'il promettait en matière de justice et de sécurité publique ».

« Comme beaucoup de personnes, je suis surpris de la majorité libérale. Je pensais à un gouvernement libéral minoritaire, conservateur minoritaire ou à la limite NPD minoritaire, mais pas un gouvernement libéral majoritaire. Je suis inquiet par rapport à la vision de Justin Trudeau en matière de justice et de sécurité publique. Je souhaite que M. Trudeau, qui est père de jeunes enfants, fasse preuve de sensibilité et ne soit pas tenté de revenir sur les peines minimales pour les crimes contre les enfants, les femmes ou les aînés. Le discours du trône va certainement nous permettre d'en apprendre davantage sur la place où il se trouve à ce sujet », soutient Pierre-Hugues Boisvenu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer