• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Gilles Duceppe n'annoncera sa décision quant à son avenir que jeudi 

Gilles Duceppe n'annoncera sa décision quant à son avenir que jeudi

Gilles Duceppe... (Photo PC)

Agrandir

Gilles Duceppe

Photo PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Gilles Duceppe ne fera connaître ses intentions quant à son avenir comme chef du Bloc québécois qu'après en avoir discuté avec l'ensemble des candidats et les instances du parti, jeudi prochain.

Au lendemain d'une élection fort décevante pour le Bloc québécois et pour son chef, qui n'a pas réussir à reprendre son siège dans Laurier-Sainte-Marie, M. Duceppe n'a pas voulu dire si sa décision était déjà prise, affirmant vouloir d'abord en discuter avec ses troupes.

Il a cependant reconnu que les résultats n'étaient pas à la hauteur de ses attentes, lui qui avait clairement établi sa volonté de récupérer le statut de parti officiel aux Communes, soit le minimum de 12 sièges requis pour cette reconnaissance, alors qu'il n'en a obtenu que 10.

Cependant, il soutient avoir tout de même réussi à redresser le parti après la débâcle de 2011 où le Bloc n'avait récolté qu'un maigre quatre sièges.

Il refuse à cet effet d'admettre que le pourcentage de votes obtenus, qui se situe tout juste sous la barre des 20 pour cent et qui représente la plus faible proportion obtenue par un parti souverainiste depuis les années 1970, représente un effritement de l'appui à la souveraineté, y voyant plutôt le résultat d'un vote stratégique pour déloger les conservateurs.

Le NPD amorce un long processus de remise en question

Le processus de remise en question s'amorce au sein des membres du NPD après l'effondrement surprenant survenu lors de l'élection fédérale, lundi.

Les dirigeants du parti affirment avoir vu venir le train de la campagne de Justin Trudeau il y a un mois, mais plusieurs personnes près du pouvoir refusaient de croire qu'il était réel.

Pire encore, les membres du NPD affirment qu'ils n'ont pas encore totalement réalisé l'ampleur des pertes alors que quelques-unes des vedettes du parti ont été battues et qu'ils font face à un long et douloureux processus de reconstruction.

Plusieurs députés importants, dont la leader adjointe Megan Leslie, Peter Stoffer, Jack Harris, Paul Dewar et Peggy Nash, ont subi la défaite.

La question dans l'esprit de plusieurs est de savoir si le chef Thomas Mulcair demeurera en poste pour guider un caucus réduit à 44 députés, surtout quand quelques personnes se demandent s'il n'a pas lui-même coulé le parti en tentant de l'amener plus au centre afin de charmer de nouveaux électeurs.

Il reste à voir à quel point le blâme sera jeté sur M. Mulcair après que le parti eut glissé de la première place dans les sondages en début de campagne à la troisième, le soir de l'élection.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer