Vent de changement

Justin Trudeau a été élu premier ministre du... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Justin Trudeau a été élu premier ministre du Canada.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Les Canadiens voulaient du changement et ils ont opté pour le même changement en se donnant un gouvernement libéral majoritaire, après dix ans de règne conservateur.

Le premier ministre sortant Stephen Harper n'a même pas annoncé lui-même qu'il quittait son poste; c'est le Parti conservateur qui, par voie de communiqué, a annoncé que M. Harper quittait et qu'il devrait donc désigner un chef intérimaire en attendant.

Le vent de changement est si important que le Parti libéral du Canada passe du rang de troisième parti à la Chambre des communes à celui de premier et à la tête d'un gouvernement majoritaire.

À 00h45, les résultats n'étaient pas encore finaux, mais le Parti libéral était en avance ou élu dans 184 circonscriptions, le Parti conservateur dans 101, le Nouveau Parti démocratique dans 42, le Bloc québécois dans 10 et le Parti vert dans un.

On a assisté à un raz-de-marée libéral dans les provinces de l'Atlantique où le PLC n'a strictement rien laissé aux autres partis. Et, au Québec, les néo-démocrates ont perdu beaucoup de plumes. Les Québécois ont choisi de refaire confiance aux libéraux, qu'ils avaient en bonne partie boudés lors du scrutin précédent.

Les conservateurs ont tout de même gardé des forces dans les Prairies. Et en Ontario, les libéraux ont aussi fait des gains.

Le chef libéral Justin Trudeau a été réélu comme député dans Papineau, à Montréal. Il en est de même pour le chef conservateur Stephen Harper dans Calgary-Heritage, pour le chef néo-démocrate Thomas Mulcair dans Outremont et pour la chef du Parti vert Elizabeth May dans Saanich-Gulf Islands en Colombie-Britannique.

Toutefois, le chef bloquiste Gilles Duceppe a été battu dans Laurier Sainte-Marie, à Montréal, par la néo-démocrate Hélène Laverdière.

Dans son allocution, le chef libéral Justin Trudeau a promis d'être «le premier ministre de tous les Canadiens» et d'offrir «un gouvernement intègre, qui respectera les institutions» et qui saura collaborer avec les provinces..

«Le Canada retrouve un peu de lui-même et le Québec fait un véritable retour au gouvernement du Canada», a-t-il lancé.

De son côté, le chef conservateur Stephen Harper s'est dit fier d'avoir bien géré le pays. «Les Canadiens et les Canadiennes qui travaillent fort devraient garder plus de l'argent qu'ils gagnent», a-t-il une fois de plus lancé, comme il l'a fait si souvent durant cette longue campagne électorale qui a débuté en août.

M. Harper s'est aussi vanté d'avoir réussi une percée durable au Québec pour le parti. Le Parti conservateur est maintenant «un parti qui a établi une base solide et durable, y compris au Québec», a-t-il souligné.

C'est finalement le président du Parti conservateur qui, par voie de communiqué, a annoncé le départ de M. Harper, qui n'y a même pas fait allusion dans son allocution.

Premier des chefs à prendre la parole, Thomas Mulcair a accepté les résultats «en toute humilité», lui qui avait pourtant cru un temps pouvoir remporter l'élection.

«Ce soir, les Canadiens ont tourné la page sur dix longues années et ont rejeté les politiques de la peur et de la division», a lancé le chef néo-démocrate.

Parmi les anciens ministres qui ont été réélus, on retrouve les conservateurs Denis Lebel, Rona Ambrose, Lisa Raitt, Steven Blaney dans Bellechasse-Etchemin, de même que Rob Nicholson, Ralph Goodale, Gerald Ritz et Jason Kenney. Et le député conservateur et ex-ministre Maxime Bernier a aussi été réélu en Beauce. Le candidat vedette du PCC Gérard Deltell a aussi été élu dans Louis Saint-Laurent, à Québec.

Toutefois, le ministre conservateur sortant Joe Oliver a été battu, de même que son collègue Chris Alexander.

Chez les libéraux, Stéphane Dion a été réélu dans Saint-Laurent, de même que Marc Garneau, Pablo Rodriguez et Mélanie Joly dans Ahuntsic, à Montréal.

Deux figures de proue du NPD, Françoise Boivin et Nycole Turmel, ont été battues, de même qu'Olivia Chow, la veuve de l'ancien chef néo-démocrate Jack Layton. Le député Alexandre Boulerice a toutefois été réélu dans Rosemont-La Petite Patrie, à Montréal.

Bien que le chef bloquiste Gilles Duceppe ait été battu dans sa circonscription, le chef précédent du Bloc, Mario Beaulieu, qui lui avait cédé sa place, a été élu dans la circonscription de Pointe-de-l'Île à Montréal.

M. Duceppe n'a toutefois pas annoncé son départ dans son discours final.

«On a mené véritablement une belle campagne. On nous voyait presque disparus, nous voilà plus présent» que ce que certains prédisaient, a-t-il affirmé. «Nous sommes partis de très loin», a-t-il rappelé.

Le leader souverainiste n'a pu s'empêcher de réitérer sa foi souverainiste. «Il vaut mieux être un pays dans le monde qu'une province dans le Canada», a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer