• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Les Québécois paieront de 45 000 à 100 000 $ par enfant conçu in vitro 

Les Québécois paieront de 45 000 à 100 000 $ par enfant conçu in vitro

Chaque enfant né d'une femme âgée de 40 ans ou plus par des techniques de... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sheryl Ubelacker
La Presse Canadienne
Toronto

Chaque enfant né d'une femme âgée de 40 ans ou plus par des techniques de conception in vitro coûte d'environ 45 000 $ à plus de 100 000 $ aux Québécois en vertu du programme public par le gouvernement, selon une nouvelle étude.

Bien qu'aucune naissance n'ait été étudiée dans le cadre de la recherche pour les femmes de 44 ans et plus, le coût moyen d'une intervention ratée se chiffrerait à près de 600 000 $.

Ces données constituent une mise en garde à tout gouvernement qui souhaiterait financer une telle mesure, selon les chercheurs, qui présenteront leurs résultats lundi à une rencontre de la Société américaine de médecine reproductive, qui se tiendra à Baltimore.

En 2010, le gouvernement du Québec est devenu le premier État en Amérique du Nord à couvrir les frais des traitements pour les couples incapables d'enfanter naturellement. Le programme finance trois cycles de la procédure - qui comprend la stimulation ovarienne, le prélèvement d'ovules et le transfert d'embryons - qui résulte, si elle réussit, à une naissance.

Les montants réels de telles interventions sont beaucoup plus élevés - le gouvernement ne rembourse pas les médicaments nécessaires pour le traitement, dont les prix oscillent entre 3000 et 5000 $ par cycle. Ces frais sont généralement couverts par les assurances privées.

Pendant la période à l'étude, entre 2010 et 2012, 246 bébés sont nés de femmes âgés de 40 ans et plus, selon le chercheur principal, le docteur Neal Mahutte, directeur du Centre de fertilité de Montréal.

Pour chaque femme de 40 ans et plus utilisant ses propres ovules qui donnera naissance, le gouvernement devra ainsi payer 43 153 $, un chiffre qui augmente exponentiellement avec l'âge - le coût grimpe à 104 000 $ pour celles de 43 ans, selon leurs calculs. En comparaison, le coût pour les femmes de 35 ans et moins est estimé à 17 919 $.

Étant donné que le gouvernement québécois n'a pas imposé de limite d'âge, les femmes plus âgées dont les chances de conceptions baissent toujours davantage sont encore admissibles au programme.

«On a plusieurs patientes au Québec qui ont subi plus que trois prélèvement d'ovules, particulièrement chez les femmes de 42 ans ou plus, qui ont des taux élevés d'annulation de cycle, ils peuvent avoir des prélèvements, mais sans qu'il y ait des ovule ou un ovule qui ne féconde pas, ou qu'on n'ait rien à transférer», a expliqué le docteur Mahutte.

«Il y a des patientes qui vont répéter le cycle à répétition parce qu'ils ont tout à gagner et rien à perdre», a-t-il ajouté.

Selon le docteur Mahutte, il y a une relation significative entre le taux de naissance in vitro et l'âge de la femme. «Étant donné que le taux de naissance par cycle commence à diminuer considérablement à 40 ans et plus, le financement de ces cycles a des coûts substantiels pour le public», a-t-il soutenu.

Un gouvernement qui aurait l'ambition de financer un tel programme devrait d'abord être au courant de ce lien significatif et il devrait au moins considérer l'idée d'imposer un critère d'admissibilité selon l'âge, a-t-il proposé.

L'Ontario a récemment annoncé qu'elle financerait un cycle de traitement pour le prélèvement d'ovules et les transferts de tous les ovules viables - qui seront effectué un ovule à la fois - pour maximiser les chances de grossesse.

Les femmes de 42 ans et plus seront admissibles au programme qui sera en vigueur en décembre.

Au Québec, le gouvernement devrait mettre ses réformes en place en vertu du projet de loi 20, qui retire une bonne partie de la couverture des traitements. Dans ce cas, les femmes de 43 ans et plus ne pourront plus bénéficier du programme, même si elles auront le droit de subir ces interventions à leurs frais.

Le projet de loi édicte qu'un crédit impôt sera offert selon le revenu de la famille. Ainsi, ceux qui gagnent moins de 50 000 $ se feraient rembourser environ 80 pour cent des coûts de l'intervention.

Les Québécois qui reçoivent un revenu plus élevé pourront recevoir un maximum de 20 pour cent du traitement.

Bien qu'il s'agisse d'une politique coûteuse pour le gouvernement - 30 millions $ prévus, mais il a coûté en réalité 70 millions $ en 2013 - elle est parvenue à atteindre un objectif important: la réduction du nombre de grossesses multiples.

Les jumeaux, triplés et autres grossesses multiples résultent donnent souvent lieu à des naissances prématurées, lors desquelles des nouveau-nés fragiles viennent au monde et engendrent des coûts dispendieux dans un système de santé déjà surchargé.

Selon une autre étude qui sera présentée lundi à la rencontre de Baltimore, le Québec a réussi à diminuer ces naissances à un taux de moins de 10 pour cent - alors qu'il était à 25 pour cent aux balbutiements du programme.

«La première année incomplète du programme, cela descend à 13,1 pour cent, ensuite cela va à 9,5 pour cent pour la première année complète», a souligné le docteur Michael Dahan, spécialiste de la fertilité au centre de reproduction de l'université McGill.

Selon des données provinciales, il y avait un peu moins de 1000 bébés conçus in vitro avant le début du programme public, un nombre qui a bondi de 64 pour cent la première année du programme pour se situer à 1723. Les naissances naturelles se stabilisaient à 84 000 comme chaque année.

Avant le programme, il y avait 218 naissances multiples issues des traitements in vitro, ce qui a chuté de 60 pour cent la première année à 165.

«Même s'il y a plus de traitements in vitro, et plus de bébés qui sont nés, le nombre de naissances multiples baisse», a remarqué le docteur Dahan.

Malgré cela, le nombre de femmes enceintes à la suite de traitements semble avoir augmenté chaque année. «C'était un peu surprenant et nous avons de la difficulté à l'expliquer», a-t-il affirmé.

Les chercheurs identifient un autre effet positif au programme - la hausse des naissances. Le taux de naissance a cru de 0,8 pour cent, une «augmentation significative», selon le docteur Dahan.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer