Des lacunes face aux carrières en sciences et technologies

Les études nécessaires pour obtenir un métier en... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les études nécessaires pour obtenir un métier en sciences et technologies (S&T) sont percues comme difficiles par les élèves et «non accessibles à n'importe qui».

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les études nécessaires pour obtenir un métier en sciences et technologies (S & T) sont perçues comme difficiles par les élèves et « non accessibles à n'importe qui ». C'est l'un des nombreux constats que dresse une étude menée par des chercheurs de l'Université de Sherbrooke et de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). L'enquête montre également une tendance « à la perte d'intérêt face aux S & T lors de la transition primaire-secondaire. « Cette lacune dans le développement de la culture scientifique » est un « constat inquiétant pour la progression économique et sociale du Québec », constatent les chercheurs.

« On ne veut pas alarmer les gens, note le professeur Abdelkrim Hasni, cotitulaire de la Chaire de recherche sur l'intérêt des jeunes pour les sciences et la technologie (CRIJEST). On ne prétend pas que toute la population doit devenir chercheur en sciences. » Il souligne que l'école ne doit pas seulement avoir pour mission d'apprendre aux élèves à lire, écrire et compter. Elle doit compter, à ses yeux, « une culture scientifique pour prendre des décisions éclairées. »

« Il y a des sujets qui nécessitent que toute la population ait un minimum de culture scientifique pour prendre des décisions éclairées. »

« Pour des besoins de la formation de l'élite, le constat n'est pas alarmant. Pour des besoins d'une connaissance de base dans la société et des métiers, il faut se poser des questions. »

Différentes mesures pourraient être mises de l'avant afin d'améliorer la situation. « Il y a différents paliers d'intervention », note M. Hasni, en soulignant plus particulièrement le palier politique. « Il faut afficher clairement la place des sciences, que ce soit clair et concret. Pourquoi, au primaire, il n'y a plus d'heures de sciences désignées? » donne-t-il en guise d'exemple.

« Notre constat le plus intéressant, c'est que parmi toutes les méthodes qui cherchent à stimuler l'intérêt de l'élève pour les S & T, les plus efficaces semblent être celles qui font émerger un engagement intellectuel avant le début des activités d'enseignement. Autrement dit, on doit créer une attitude de curiosité et d'ouverture envers les sciences avant ou dès le début du programme scolaire, et avant les démarches d'expérimentation et de manipulation. L'effet limité de ces dernières, en l'absence d'engagement intellectuel préalable de l'élève, doit d'ailleurs être souligné. »

L'enquête réalisée par des chercheurs de l'UdeS et de l'UQAM jette un éclairage sur les facteurs qui influencent l'intérêt des élèves du primaire et du secondaire envers les S & T à l'école. L'enquête de la CRIJEST a été menée auprès de plus de 2500 élèves de huit commissions scolaires de la province, dont les trois commissions scolaires francophones de la région (de la Région-de-Sherbrooke, des Sommets et des Hauts-Cantons).

La communauté scientifique s'intéresse à cette question alors qu'au Québec comme ailleurs en Occident, les élèves du primaire et du secondaire sont de moins en moins enclins à choisir les études menant à des métiers en S & T.

Les résultats permettront entre autres de concevoir des outils et d'accompagner les enseignants dans la recherche de solutions pour renverser la tendance.

Les auteurs soulignent également que dans la majorité des aspects pris en compte dans l'étude, les différences entre les garçons et les filles sont « généralement marginales », à l'exception de certains angles.

« Nos résultats comparatifs en fonction du genre indiquent des différences garçons/filles beaucoup moins marquées que celles d'autres études internationales », a fait valoir le professeur Patrice Potvin de l'UQAM, cotitulaire de la chaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer