Harper sort les billets de banque; Trudeau se montre confiant

Justin Trudeau est confiant quant à la suite... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Justin Trudeau est confiant quant à la suite de la campagne.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lina Dib
La Presse Canadienne
Ottawa

À une semaine du vote, Stephen Harper a pris l'allure d'un animateur de jeu télévisé, Justin Trudeau a tendu la main aux électeurs conservateurs et Thomas Mulcair a maintenu qu'il y avait encore une course à trois.

Un quatrième coureur, Gilles Duceppe, misait sur les régions du Québec pour atteindre son objectif: récupérer au moins 12 sièges pour s'assurer un statut officiel de parti aux Communes et obtenir la balance du pouvoir dans un gouvernement minoritaire.

Le chef conservateur s'est présenté, lundi matin à Waterloo, en Ontario, devant une pancarte où on pouvait lire «Le coût des hausses d'impôt libérales». À ses côtés, une jeune femme déposait des liasses de billets de 20 $ et de 10 $, faisant résonner le bruit d'une caisse enregistreuse à chaque dépôt.

M. Harper voulait ainsi illustrer ce que coûterait à la famille de cette Ontarienne la disparition de prestations ou de crédits d'impôt instaurés ou promis par le gouvernement conservateur. «C'est de l'argent que les libéraux prendraient», a accusé M. Harper en pointant vers la table couverte de billets de banque.

«Nous n'allons pas couper ces crédits d'impôt», s'est défendu quelques minutes plus tard Justin Trudeau, en parlant de trois mesures fiscales citées par son rival conservateur: un crédit d'impôt pour pompier bénévole et deux crédits d'impôt pour activités sportives et artistiques des enfants.

«M. Harper continue de miser sur la peur et de présenter des non-vérités aux Canadiens», a dit le chef libéral, en point de presse, lundi matin.

Durant son discours dans une banlieue d'Ottawa, M. Trudeau s'est montré plutôt conciliant.

«Les conservateurs ne sont pas nos ennemis. Ils sont nos voisins, nos cousins, nos oncles et nos parents. Ils sont nos amis», a-t-il lancé. «Nous n'avons pas besoin de les convaincre d'abandonner le Parti conservateur. Nous devons juste leur démontrer que c'est le parti de Stephen Harper qui les a abandonnés», a-t-il conseillé aux militants libéraux venus l'entendre.

Malgré l'assurance affichée par M. Trudeau, son rival au Nouveau Parti démocratique (NPD) a maintenu qu'on assiste encore et «pour la première fois de l'histoire du Canada» à une course à trois.

Thomas Mulcair continue de miser sur l'opposition au Partenariat transpacifique (PTP), une entente de libre-échange entre 12 pays, conclue la semaine dernière par le gouvernement conservateur sortant.

«Stephen Harper et Justin Trudeau peuvent bien s'entendre pour tenter d'imposer un accord secret qui menace nos emplois; un accord qui va faire baisser les salaires et monter le prix des médicaments d'ordonnance. Mais ils vont trouver le NPD sur leur chemin», a-t-il assuré dans un discours à Maple Ridge, en Colombie-Britannique.

En point de presse, le chef néo-démocrate a confirmé que ce sera à Québec de décider quoi faire de l'argent qu'un gouvernement Mulcair lui verserait pour son système de garderies.

Le NPD promet des garderies à 15 $ par jour. Au Québec, le gouvernement Couillard module dorénavant le prix des Centres de la petite enfance (CPE) en fonction du revenu des parents. Certains paient donc plus de 15 $.

«Ce serait l'ultime ironie», a fait valoir le chef du NPD s'il fallait que Québec - première province à mettre sur pied un système de garderies - se fasse dicter par Ottawa l'avenir de ce système.

M. Mulcair continuait sa campagne à Saskatoon, en fin de journée. En cette dernière semaine, le NPD se concentre sur des comtés où il martèle que ce sont «les néo-démocrates qui battent les conservateurs».

De son côté, le chef du Bloc québécois est passé à Mont-Laurier pour parler d'industrie forestière et souligner l'arrivée à échéance de l'accord canado-américain sur le bois d'oeuvre.

«Ça prend un parti qui ne sacrifiera pas les intérêts des producteurs forestiers québécois en faveur de ceux de la Colombie-Britannique. Et ce parti, c'est évidemment le Bloc Québécois», selon le chef bloquiste inquiet de la renégociation de cet accord.

Loin de moi, la controverse

Trois fois plutôt qu'une, Justin Trudeau a été invité par les journalistes qui suivent sa caravane à préciser les propos diffusés dimanche à l'émission Tout le monde en parle concernant la vente de «jeeps» à l'Arabie saoudite. Il s'est contenté à chaque fois de répéter qu'il ne résilierait pas un contrat signé, mais qu'un gouvernement libéral agirait différemment.

M. Duceppe, lui, n'était pas prêt à lâcher le morceau.

Il a brandi une photo du véhicule en cause. «C'est ça les jeeps. En voyez-vous des jeeps du genre sur la 117? Avez-vous déjà vu passer un jeep de même? C'est du jeep, ça mes amis. Je pense que ce n'est pas fait pour aller à la chasse, ça», a-t-il raillé devant quelque 70 militants.

M. Harper, lui, était dans le comté d'un candidat et député sortant résolument contre l'avortement et contre l'aide au suicide. Invité à annoncer sa position sur ce dernier sujet, le chef conservateur a esquivé la question.

«Nous avons nommé un comité consultatif qui est en tournée au Canada (...) pour parler à tous ceux qui sont concernés, à des patients, des personnes handicapées, des personnes âgées, des médecins», a avancé le chef conservateur.

En fait, ce comité nommé deux semaines avant le déclenchement de l'élection a suspendu cette consultation dont parle M. Harper, jusqu'au lendemain du vote du 19 octobre.

Le comité a pour mandat de préparer la réponse du gouvernement à l'arrêt Carter, jugement de la Cour suprême qui invalide les lois interdisant l'aide médicale à mourir.

Un vote par anticipation couru

Les bureaux de vote par anticipation continuaient à être très achalandés, lundi, laissant croire à une participation au scrutin plus élevée que d'habitude.

«Cela aura été un nombre record en termes de participation cette année», a indiqué Francine Bastien, porte-parole d'Élections Canada. L'organisme publiera en fin de journée mardi le nombre d'électeurs qui ont voté ces quatre derniers jours.

Le taux de participation au vote par anticipation devrait annoncer celui du vote du 19 octobre. En 2011, le taux de participation à l'élection fédérale n'avait été que de 61,1 pour cent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer