• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Ottawa équilibre ses comptes un an plus tôt que prévu avec l'excédent de 2014-15 

Ottawa équilibre ses comptes un an plus tôt que prévu avec l'excédent de 2014-15

Le gouvernement fédéral a renoué avec les excédents budgétaires un an plus tôt... (Archives Le Droit)

Agrandir

Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Ottawa

Le gouvernement fédéral a renoué avec les excédents budgétaires un an plus tôt qu'il ne l'avait prévu, affichant un surplus de 1,9 milliard $ pour son exercice 2014-15.

Le ministère des Finances a dévoilé lundi les chiffres de l'exercice clos le 31 mars, alors que ses prévisions visaient plutôt un déficit de 2,0 milliards $ pour cette période.

Le surplus annoncé lundi met fin à une série de six déficits consécutifs et devrait résonner dans la campagne électorale.

Le rapport financier dresse aussi la table pour le débat des chefs prévu pour jeudi soir, lequel devrait se concentrer sur l'économie.

Les chefs des différents partis tentent de se présenter comme les meilleurs gestionnaires pour la tirelire du pays, dans un contexte où l'économie éprouve des difficultés avec la faiblesse marquée des cours des matières premières.

Le résultat annoncé lundi a ravi le chef du Parti conservateur, Stephen Harper, dont le gouvernement avait promis un déficit de 2,0 milliards $ pour 2014-15 dans son dernier budget, déposé en avril.

M. Harper a diffusé un communiqué, lundi, dans lequel il attribue l'atteinte devancée de l'équilibre budgétaire à la «gestion économique prudente» de son gouvernement.

Dans son rapport financier, le ministère des Finances a expliqué le gain de 3,9 milliards $ en regard du déficit attendu par une hausse des revenus de 3,0 milliards $ - tirés des impôts sur le revenu des particuliers et sur le revenu des sociétés - ainsi qu'à des ajustements de fin d'exercice positifs.

En outre, les dépenses ont été moindres que prévu. Les charges des programmes se sont avérées inférieures de 800 millions $ aux prévisions, tandis que les frais de la dette publique ont été inférieurs de 100 millions $ aux prévisions.

Les conservateurs ont prévu un excédent de 1,4 milliard $ pour l'exercice 2015-16 en cours - mais ses opposants ne croient pas que le gouvernement sera capable d'atteindre cette cible.

Les autres partis politiques prédisent plutôt qu'Ottawa terminera l'exercice avec un déficit parce que l'économie du pays s'est contractée pendant les deux premiers trimestres de 2015, ce qui l'a entraînée dans une récession technique.

Mais M. Harper, qui a noté que les experts ont prédit un rebond de l'économie dans la deuxième moitié de l'année, a insisté pour dire qu'un surplus serait dégagé en 2015-16.

Celui-ci a répété que plusieurs des données dévoilées par le ministère des Finances avaient d'ores et déjà prouvé que l'économie du pays était sur le droit chemin.

Le mois dernier, le ministère des Finances a indiqué que le trimestre d'avril à juin - le premier trimestre de l'exercice - s'était soldé par un excédent de 5 milliards $.

Les adversaires de M. Harper affirment toutefois que cet excédent ne constitue qu'une donnée préliminaire, sans compter qu'environ 20 pour cent de ce montant est attribuable à un gain non récurrent lié à la vente d'actions du constructeur automobile General Motors.

Les responsables gouvernementaux répètent de façon routinière que l'information de quelques mois ne donne pas nécessairement un juste portrait de l'ensemble d'un exercice.

En juillet, le directeur parlementaire du budget a rendu public une analyse reposant sur les prévisions revues à la baisse de la Banque du Canada, dans laquelle il conclut que l'exercice 2015-16 devrait se solder par un déficit de 1 milliard $. Ces calculs ont soulevé certains doutes vis-à-vis de la promesse des conservateurs d'équilibrer le budget de l'année électorale.

Le débat sur l'équilibre du budget a dominé, par moments, le discours politique pendant la campagne électorale en cours.

«Selon un large éventail d'experts, nous sommes actuellement en déficit - M. Harper nous a placés en situation de déficit cette année», a affirmé lundi le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, lorsqu'il a été questionné au sujet des chiffres de 2014-15.

M. Trudeau a accusé M. Harper d'avoir sous-financé par plusieurs milliards de dollars les programmes pour les anciens combattants et les autochtones afin de pouvoir équilibrer les comptes avant l'élection.

«Ce sont des objectifs politiques qui ont en fait contribué à ce que nous glissions en récession», a-t-il affirmé.

M. Trudeau s'est démarqué de ses rivaux conservateur et néo-démocrate en s'engageant à inscrire des déficits budgétaires avant d'équilibrer le budget en 2019. Selon lui, ce plan, qui comprend des investissements dans les infrastructures, saura stimuler la croissance économique.

Le Nouveau Parti démocratique s'est engagé à équilibrer son budget dès l'an prochain malgré ses promesses entourant la création d'un million de places en garderie à 15 $. Une fois complètement mis en place, ce programme coûterait environ 5 milliards $ par année aux contribuables.

Pour aider au financement de ses engagements, le leader néo-démocrate Tom Mulcair a promis d'éliminer la mesure controversée mise en place par les conservateurs qui permet aux familles avec des enfants de fractionner leur revenu, un programme qui coûte environ 2 milliards $ par année. M. Mulcair a aussi promis d'augmenter le taux d'imposition des entreprises d'un montant non précisé et d'abolir une faille fiscale entourant les options d'achat d'actions des chefs d'entreprises.

Le NPD a promis qu'il dévoilerait les coûts liés à sa plateforme électorale avant le débat de jeudi.

Avant de dévoiler son excédent pour 2014-15, Ottawa avait fait état d'un déficit de 5,2 milliards $ pour l'exercice 2013-14.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer