Le père d'Alain Rayes agit comme directeur adjoint du scrutin

Une nouvelle brique s'est abattue sur le candidat conservateur de... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Victoriaville) Une nouvelle brique s'est abattue sur le candidat conservateur de Richmond-Arthabaska, Alain Rayes. Après avoir été montré du doigt parce qu'il perçoit toujours son salaire de maire de Victoriaville pendant la campagne, voilà qu'on lui reproche que son père, Raouf, agisse à titre de directeur adjoint du scrutin du 19 octobre dans le comté.

Ce sera la troisième fois que M. Rayes supervisera une élection fédérale dans son comté. Son rôle consistera à seconder le directeur du scrutin dans la gestion du bureau et dans de la préparation des journées de vote. Toutes les décisions importantes seront toutefois prises par le directeur général des élections dans Richmond-Arthabaska, Jacques Allie.

Alain Rayes a confirmé l'information, mais n'a pas voulu commenter l'histoire outre mesure, considérant qu'il n'y avait rien d'anormal dans cette situation. « Pour moi, il n'y a pas de problématique par rapport à ça. Il est là depuis les trois dernières élections et continue d'exercer son travail. Il était clair qu'il exercerait ses fonctions avant même que je choisisse de me présenter. C'est une histoire montée en épingle par un de mes adversaires », explique-t-il.

Si la mère d'Alain Rayes est aux premières loges à chacune de ses sorties publiques, son père brille par son absence, ayant le devoir de demeurer complètement neutre. Chez Élections Canada non plus on ne semble pas faire de cas de cet apparent conflit d'intérêts. L'organisme connaît bien Raouf Rayes et ce dernier doit se conformer à un code de déontologie. Il doit notamment demeurer neutre et impartial à l'endroit des différents candidats et partis politiques.

« Vous comprenez certainement que M. Rayes ne peut influencer d'aucune façon le déroulement de cette élection. Comme directeur du scrutin, je m'occupe personnellement des liens avec les partis politiques », a écrit M. Allie dans une lettre transmise aux médias.

Le Bloc pas inquiet

Le candidat bloquiste de la circonscription, Olivier Nolin, ne s'inquiète pas outre mesure de cette situation. « L'intégrité du Directeur de scrutin, M. Allie, n'est pas mise en cause. L'équipe du Bloc québécois dans Richmond-Arthabaska a une pleine confiance en l'impartialité et les compétences de M. Allie. L'organisation du Bloc québécois réitère aujourd'hui qu'il n'y aura pas de plainte à ce sujet ni de demande de congédiement envers M. Raouf Rayes », a-t-il réagi par voie de communiqué.

L'organisation bloquiste est persuadée que M. Rayes agira de manière transparente, professionnelle et intègre dans ses fonctions, mais souligne toutefois que la chose soulève des considérations éthiques. « Les citoyens ont raison de se poser des questions sur l'étanchéité du code de déontologie d'Élections Canada. Il faudra revoir ce code pour que ce genre de situation ne se reproduise pas », ajoute M. Nolin.

Les autres candidats de la circonscription n'ont pour leur part pas exprimé d'inquiétudes envers ce dossier lundi.

- Avec Camille Dauphinais-Pelletier

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer