Transport par train: Duceppe réclame plus de sécurité

Gilles Duceppe... (Archives La Tribune, Julien Chamberland)

Agrandir

Gilles Duceppe

Archives La Tribune, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Beloeil

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a fait du transport de pétrole par train le sujet de son annonce en ce 40e jour de campagne et cité les tragiques événements survenus en juillet 2013 à Lac-Mégantic pour illustrer son importance.

Rappelant que le fédéral a été pointé du doigt par le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) dans un rapport sur cette catastrophe ferroviaire, qui a fauché la vie de 47 personnes, M. Duceppe a accusé les trois partis fédéraux de faire passer l'économie avant la sécurité des citoyens.

«Nous, les profits des compagnies pétrolières nous importent moins que la sécurité des Québécois», a-t-il laissé tomber après avoir énuméré les mesures qu'une délégation du Bloc réclamerait à la Chambre des communes.

Il suggère entre autres d'interdire d'ici six mois l'utilisation, pour le transport de produits toxiques, des vieux wagons DOT-111, comme ceux qui ont détruit Lac-Mégantic. Il propose aussi d'interdire d'ici 2018 le transport de tout produit toxique ou dangereux dans les wagons DOT-111 de deuxième génération.

Les trois autres partis, eux «pleurent tous sur la tragédie (de Lac-Mégantic), mais ils posent toutes les conditions pour que potentiellement, d'autres tragédies surviennent», a pesté Gilles Duceppe en point de presse.

Il faudra voir si la question de la sécurité ferroviaire pourrait défavoriser les conservateurs dans la circonscription de Mégantic-L'Érable, qui était représentée depuis 2006 par Christian Paradis, qui a décidé de quitter la vie politique.

Fidèle à son habitude, Gilles Duceppe a refusé de se lancer dans les prédictions, mais il a laissé entendre que le départ du député sortant, conjugué au souvenir amer des lacunes fédérales au chapitre du transport de produits dangereux par rail, pourrait faire tourner le vent.

«L'élection, c'était en 2011, la tragédie était en 2013, et Christian Paradis n'est plus candidat (...) On verra comment les gens de Lac-Mégantic réagiront», a-t-il laissé tomber.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer