Immigration: pas question d'assouplir les règles, dit Blaney

Steven Blaney... (Archives La Presse)

Agrandir

Steven Blaney

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Il est hors de question d'assouplir les règles d'immigration pour accueillir plus de réfugiés syriens au Canada, assure le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile sortant Steven Blaney.

Malgré les pressions faites par les partis d'opposition actuellement en campagne électorale, M. Blaney, en visite à Sherbrooke mercredi avant-midi, a soutenu que les règles en place permettent de recevoir amplement de nouveaux arrivants. Au prorata de sa population, c'est le Canada qui accueille le plus d'immigrants.

Les mesures en place doivent être respectées, dit le député de Lévis-Bellechasse.

Il s'en remet au travail du Haut Commissariat pour les réfugiés des Nations unies et aux organismes actifs au Canada.

Steven Blaney ajoute qu'on doit tenir compte du maintien de la sécurité des Canadiens dans le processus d'accueil des nouveaux arrivants provenant de pays en conflit.

D'après le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le Canada se classe plutôt au 41e rang, avec 420 réfugiés par 100 000 habitants, rapporte Le Soleil. 

«Désinvolture»

Le conservateur a lancé une flèche envers le néo-démocrate Pierre-Luc Dussault, député sortant dans Sherbrooke, qui a fait preuve de «désinvolture» en votant contre le projet de loi C-51 proposé à la suite de l'attentat du printemps dernier sur la colline parlementaire d'Ottawa.

Il invite les Sherbrookois à voter en faveur du candidat Marc Dauphin, un médecin ayant oeuvré dans un hôpital de guerre canadien en Afghanistan. Selon lui, les électeurs sherbrookois partagent les valeurs du parti de Stephen Harper.

Steven Blaney a rappelé à Sherbrooke qu'un gouvernement conservateur réélu adoptera des mesures afin de renforcer la Réserve des Forces armées canadiennes et va améliorer l'Allocation pour perte de revenus des anciens combattants canadiens.

« Rebâtir la force militaire du Canada est une priorité pour notre gouvernement depuis que nous sommes au pouvoir », a affirmé M. Blaney dans un communiqué de presse.

« Ces mesures vont donner aux Forces armées canadiennes la profondeur stratégique dont elles ont besoin pour répondre aux urgences et aux défis variés, et parfois nombreux, à l'échelle nationale et internationale.»

«Du capital politique»

Pour sa part, la candidate conservatrice dans Drummond, Pascale Déry, dénonce vivement les propos des partis d'opposition à ce sujet.

« Contrairement à ce qui a été véhiculé par les libéraux et les néo-démocrates, les parents du petit Aylan n'ont jamais présenté de demande pour venir se réfugier au Canada... Face à de tels faits, on ne peut que décrier l'attitude de Thomas Mulcair et de Justin Trudeau, qui ont tenté de se faire du capital politique sur cette tragédie innommable en colportant de

fausses informations », a-t-elle déclaré dans un communiqué de presse.

« Cette crise dure depuis des années déjà et on dirait que les chefs des partis d'opposition viennent tout juste de prendre conscience de son existence. Il aura fallu qu'un enfant meure tragiquement pour

que le NPD et le Parti libéral s'intéressent enfin à la situation dans cette partie du monde... C'est tout simplement révoltant! », d'ajouter la candidate.

- Avec Alain Goupil

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer