Les amis d'Yvon Ricard pleurent sa disparition

Survivant de la tragédie de Lac-Mégantic, le chansonnier... (Archives, La Presse)

Agrandir

Survivant de la tragédie de Lac-Mégantic, le chansonnier Yvon Ricard ne s'est jamais remis de la tragédie de Lac-Mégantic.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Le décès d'Yvon Ricard attriste beaucoup ses amis de Lac-Mégantic.

Le chansonnier, qui jouait au Musi-Café le soir de la tragédie de Lac-Mégantic, a mis fin à ses jours. Le soir du drame, Yvon Ricard avait été épargné parce qu'il fumait une cigarette à l'extérieur lors que le train a foncé au centre-ville. Son compagnon musicien, Guy Bolduc, n'avait pas eu la même chance et avait péri à l'intérieur.

L'annonce de son décès a eu un grand retentissement auprès des gens qui l'ont bien connu.

Un de ceux-là, Sébastien Audet, propriétaire d'Audet Automobiles, a tracé un parallèle étonnant avec le film Destination Ultime, comme si la mort qu'il avait évitée de justesse courait après lui, dans un sens, s'expliquant mal le geste volontaire posé par le musicien.

«C'est un gros choc, une grossesurprise... C'est inexplicable! Yvon s'était réfugié chez nous, le 6 juillet 2013, avec sa femme Ève Dubé, originaire de Lac-Mégantic et la femme de Guy Bolduc. Nousavions vécu une grosse nuit avec lui. Je le revois, la face pleine de suie noire, lui qui était passé si proche de la mort», raconte M.Audet.

«Depuis cette nuit-là, nous avionsun lien plus proche, même s'il n'était plus le même homme. Il était venu souper à Noël chez nous, en 2013. Puis la fin de semaine du 15 août dernier, il jouait de la musique à un party que j'avais organisé au lac Saint-François, où il y avait des gars d'autos.»

Lors de cette réunion d'amis, Yvon Ricard avait parlé longuement de Lac-Mégantic, jamais négativement, mais comme s'il avait une obsession. Il avait avoué à ses amis qu'il consultait.

«Depuis deux ans, il venait moins souvent à Lac-Mégantic, car c'était dur pour lui. Je trouvais qu'il était plus agressif... C'était un gars super, qui aimait faire la fête, très sympathique, sincère, généreux. C'est triste pour sa femme et ses deux jeunes filles», ajoute Sébastien Audet.

Serge Rosa avait connu Yvon Ricard lors de son passage au Bar Le Foyer, au Manoir, il y a 20 ans. «Il aimait venir à Lac-Mégantic, il faisait du bateau sur le lac avec nous. Il avait un attachement particulier pour Lac-Mégantic, sa femme venait d'ici. Nous avions du plaisir ensemble, c'était un joyeux luron, un bon vivant. Chaque fois nous étions contents de nous voir... C'est triste.»

La directrice de la Chambre de commerce région de Mégantic, Isabelle Hallé, travaillait justement au Bar Le Foyer, à la même époque, et s'était attachée à Yvon Ricard.

«C'était un bon vivant qui aimait Lac-Mégantic, sa ville d'adoption. Il était connu pour sa version de La Dame en bleu, de Michel Louvain. Sa mort est incompréhensible... On se disait souvent une phrase: «Le clown est triste!» On se regardait et on se comprenait. Nous nous sommes côtoyés beaucoup. C'est dur de comprendre ce qui s'est passé, de saisir l'ensemble des facteurs qui l'a poussé à faire ce geste. C'était sûrement très lourd à porter, comme survivant», supposeMme Hallé.

«Il avait joué de la musique au Lac en Fête, la fin de semaine du 8 août dernier. D'une grande sensibilité, il avait beaucoup de peine à la suite du décès de Guy Bolduc. C'est vraiment dur de se remettre là-dedans, deux ans après la tragédie! J'étais au souper, à Noël, chez Sébastien Audet. C'était un rendez-vous qu'on ne pouvait plus manquer. Yvon aimait beaucoup ses amis!»

Karine Blanchette, directrice artistique au Musi-Café, le reconnaît comme le chansonnier le plus apprécié à Lac-Mégantic. «Il a donné le dernier show à l'ancien Musi-Café et le premier au nouveau, en décembre 2014. On avait parlé beaucoup ensemble, c'était difficile pour lui après la tragédie. Je le trouvais de bonne humeur, dernièrement au Lac en Fête, il avait l'air bien. Il m'a serré très fort dans ses bras. «On est en dépresse, mais ça va bien aller!», qu'il m'avait dit.» Commentaire énigmatique, selon elle.

Tous vont garder de beaux souvenirs du chansonnier, décrit comme un clown très émotif.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer