La troisième école primaire sera prête en 2017

L'école « C », qui doit voir le... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

L'école « C », qui doit voir le jour dans le secteur de la rue Matisse à Sherbrooke (secteur Rock Forest), ressemblera à l'école des Aventuriers (notre photo) et du Boisé-Fabi.

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'école C, la troisième école primaire réclamée par la CSRS, devrait accueillir ses premiers élèves à la rentrée 2017, dans le secteur de la rue Matisse à Sherbrooke, le long du futur boulevard René-Lévesque.Celle-ci ressemblera aux deux écoles qui viennent d'être inaugurées, hier matin.

Des pourparlers sont toujours en cours avec la Ville de Sherbrooke pour le choix du terrain qui accueillera la troisième école primaire. La construction du boulevard René-Lévesque est prévue pour 2016.

« Dans les négociations avec la Ville pour des Aventuriers et du Boisé-Fabi, on avait déposé notre demande, on disait que l'écoleC s'en venait... Ça devrait être beaucoup plus simple », souligne le directeur général de la CSRS, André Lamarche.

Gilles Millaire, directeur du service des ressources matérielles et des technologies de l'information de la CSRS, estime que ce dossier pourrait être réglé avec la Ville d'ici les Fêtes.

Québec demande à la CSRS d'envoyer d'ici six mois une confirmation qu'elle est propriétaire d'un terrain pour la construction ou encore un engagement ferme de la Ville « à lui céder gracieusement la propriété d'un terrain ».

L'école C comptera 14 classes. La CSRS réclamait d'abord 21 classes, mais elle a révisé sa demande à 14 afin d'avoir plus de chances d'avoir le feu vert de Québec. L'échéancier sera tout de même assez serré pour une rentrée en 2017.

La Tribune révélait en juillet que Québec accordait son aide financière pour ce projet.

En conférence de presse, la députée de Richmond, Karine Vallières, a indiqué que l'aide gouvernementale se chiffre à 8,87 M$.

DE BEAUX ESPACES

Les enfants des écoles des Aventuriers et du Boisé-Fabi découvriront aujourd'hui des écoles modernes, très fenestrées, baignées par la lumière naturelle, dotées de toits végétaux. Ceux-ci ont un côté pratique (pour la conservation de la fraîcheur), mais ils pourraient servir également à des fins pédagogiques.

Les locaux de maternelle, prévus selon les normes, comptent leur propre salle de bain. À notre passage aux Aventuriers, hier après-midi, le personnel s'activait afin de mettre la dernière touche aux préparatifs. Les tableaux blancs interactifs (TBI) trônent sur les murs, mais les tableaux verts et noirs n'ont pas complètement disparu. C'est toujours pratique en cas de défaillance du TBI, a lancé en souriant une enseignante.

Enseignante en éducation physique, Caroline Allaire se réjouit des dimensions du gymnase et surtout de sa hauteur, qui facilitera la pratique du kinball. Les édifices ont aussi été pensés en fonction de la pédagogie. On retrouve par exemple des locaux entièrement vitrés où les enfants pourront travailler en équipe.

« On a travaillé beaucoup avec les services éducatifs. Oui, une école, c'est des classes, des corridors, mais l'aménagement de ces espaces-là peut être fait pour mieux répondre aux besoins », commente M. Millaire. Les deux écoles inaugurées hier ont été conçues de manière à pouvoir être agrandies au besoin. Par exemple, souligne-t-il, à Boisé-Fabi, l'école compte 14 classes, mais elle a été configurée pour une possibilité d'agrandissement à 21 classes (soit environ 330 élèves).

Les deux projets ont été menés par un consortium formé de Vincent Leclerc architecte et d'Espace Vital Architecture.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer