• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Une ligne téléphonique pour répertorier les « situations aberrantes » dans le réseau de la santé 

Une ligne téléphonique pour répertorier les « situations aberrantes » dans le réseau de la santé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Emanuelle Boutin--Gilbert
La Tribune

(Sherbrooke) La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) a annoncé qu'elle lançait une ligne d'appel pour recueillir les constatations des patients du réseau de la santé à travers le Québec. Elle invite ainsi tous ceux qui seraient témoins ou victimes de situations aberrantes et inacceptables à en faire état par l'entremise d'une ligne téléphonique nouvellement mise sur pied.

Lundi, Guillaume Carette, président du Syndicat interprofessionnel de la santé du CHUS (SISCHUS) et Sophie Séguin, présidente du Syndicat des professionnelles en soins et respiratoires de la Haute-Yamaska (SPSIRHY), tous deux représentants des organisations liées à la FIQ, ont souligné que la mise en place de cette ligne  tous les jours à toute heure permettra de créer un recueil, lequel sera déposé au ministre de la Santé, Dr Gaétan Barrette.

Guillaume Carette faisait aussi remarquer que le personnel interprofessionnel de la santé se sent pris en otage par les institutions pour lesquelles ils travaillent. « On peut se faire assigner un nombre illimité de patients, et si l'un de nos collègues ne peut pas se présenter pour une certaine raison comme la maladie, ce collègue est très rarement remplacé ce qui ne fait qu'augmenter d'autant plus notre charge de travail en heure et en stress. » Celui qui oeuvre dans le milieu de la santé s'inquiète pour ses collègues et sa profession ; « ceux qui dénoncent ou qui avouent qu'ils ressentent de l'épuisement se font dire qu'ils sont incompétents, alors ils gardent ça pour eux parce qu'ils constatent que ça se retourne toujours contre eux. »

 

« Ils font la sourde oreille devant les solutions que nous suggérons pour améliorer les conditions de travail de nos professionnels et le système de santé publique », s'insurge Mme Séguin. « Peut-être que s'ils voient que la critique vient directement des utilisateurs des services de santé, le gouvernement va finir pas bouger », espère-t-elle. 

 

Ils ont profité de ce lancement pour rappeler combien la réorganisation des services dans la région des Cantons-de-l'Est est à leurs yeux aberrante. « En faisant des fusions, des intégrations et des fermetures, les citoyens sont perdants parce qu'il n'y a plus de services de proximité. L'accessibilité aux soins à un impact sur la santé. Certains qui se retrouvent trop loin d'un point de service attendent et endurent leurs douleurs jusqu'à ce que ce soit insoutenable, ce qui rend souvent plus fastidieuse la tâche du corps médical », a exposé Mme Séguin.

Le numéro est le 1 844 FIQ-AIDE.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer